Articles pour le tag: Marxisme

La structure foucaldienne

Doxographies Pas de commentaire »

Michel FoucaultFoucault s’est toujours défendu d’être un structuraliste. Pour certaines raisons. L’une méthodologique : il fut un temps où il commençait à se méfier de ce qu’il nommait les « universaux », ces grandes idées (la Loi, la Démocratie, la Société, le Capitalisme, le Libéralisme), ces grands concepts, ces grandes choses par lesquelles se manifesteraient les Hommes et leur Histoire. Penser à partir de ces universaux conduit à hypostasier les notions auxquels ils font référence, à les croire comme existant de toute éternité. Penser l’histoire ainsi conduit à ce travers épistémologique que Popper nommerait l’historicisme : que l’histoire n’est que le lieu de l’accomplissement/réalisation de l’essence d’un concept. Au contraire, pour Foucault, il n’y a rien de général mais que du particulier. C’est le singulier qu’il convient de penser, en se méfiant des grandes idées.

Lire la suite »

Alexis de Tocqueville, Sur le paupérisme

Doxographies 2 commentaires »

Alexis de TocquevilleLa réflexion qu’Alexis de Tocqueville conduit dans Sur le paupérisme est pertinente à plus d’un titre. Notamment, elle constitue une réflexion prémarxiste puisque exposée en 1835 dans les Mémoires de la Société Académique de Cherbourg. Son texte et ses hypothèses font ainsi l’économie de la grille de lecture marxiste qui allait influencer si profondément toute réflexion postérieure sur la question, de la même manière qu’après Freud, il ne sera plus possible de parler de sexualité sans se référer aux schèmes de la psychanalyse.

Tocqueville consacra à cette question du paupérisme deux mémoires, dont seul le premier fut publié de son vivant, le second étant demeuré inachevé. Le premier s’attachait à cerner les causes du paupérisme ; le second en cherchait des remèdes. Peut-être ce deuxième point soulevait-il plus de difficultés ?
Lire la suite »

La Théorie critique du sport

Sport studies 2 commentaires »

Marc PerelmanLa « Théorie critique du sport », avec un grand « T », est la principale source de contestation du phénomène sportif. Le sport apparaît de plus en plus ancré institutionnellement. STAPS dans les Universités, Ministre des sports, éducation physique et sportive (EPS) à l’école, CIO : on ne compte plus les organismes ayant décidé de le structurer, de le diffuser, de l’imposer. La mission est accomplie puisque le sport est aujourd’hui universellement célébré, des plus pauvres aux plus riches, des dictatures aux démocraties, du prolétaire au professeur.

Lire la suite »

Karl Marx, Le Capital, La thésaurisation

Doxographies, Economie Pas de commentaire »

Karl Marx Le texte que nous étudions ici est extrait du troisième chapitre du premier livre du Capital de Karl Marx où l’auteur s’intéresse au processus ou procès (Prozeß) de la circulation des marchandises et du rôle qu’y tient l’argent (Geld). Plus précisément, c’est à la Schatzbildung, littéralement la formation de trésors, que nous choisissons de rendre par « thésaurisation » qui est son équivalent français provenant du latin thesaurizare « amasser un trésor », qu’est dédié ce texte.

Lire la suite »

Karl Marx, Le Capital, Le double caractère du travail représenté dans les marchandises

Doxographies, Economie Pas de commentaire »

Karl Marx Le texte étudié ici clôt le deuxième paragraphe « Le double caractère du travail représenté dans les marchandises » du premier chapitre du premier livre du Capital de Karl Marx. La marchandise étant au fondement de la société capitaliste, Marx s’est proposé de débuter son étude du capitalisme par l’analyse de celle-ci. La marchandise s’est alors révélée posséder un caractère double, énigmatique, celle-ci étant d’une part déterminée par la valeur d’usage, d’autre part par la valeur d’échange. Mais se limiter à une telle détermination de la marchandise serait réducteur. Marx montre en effet que celle-ci est avant tout du travail humain, et que la quantification de ce dernier permet de connaître la valeur d’une marchandise.

Lire la suite »

Karl Popper, La société ouverte et ses ennemis, L’ascendant de Platon

Doxographies, Philosophie, Politique 6 commentaires »

Karl PopperLa société ouverte et ses ennemis est défini selon les propres mots de son auteur, Karl Popper (1902-1994), comme étant son « effort de guerre. » Il fut écrit pendant la Seconde Guerre mondiale par ce Viennois d’origine alors exilé en Nouvelle Zélande. Dans cet ouvrage, il cherche à cerner l’origine du totalitarisme. Il la trouve chez Platon, ou même avant chez Hésiode ou Héraclite sous des formes plus atténuées. C’est à la pensée politique totalitaire de Platon qu’est voué le premier tome.

Lire la suite »

Karl Marx, Manifeste du Parti communiste

Doxographies, Economie, Philosophie, Politique 2 commentaires »

Karl MarxMarx a-t-il justifié la violence ? C’est là une question embarrassante. Il semblerait que le jeune Marx prônant la révolution se soit assagi avec le temps et ait cru que l’on pouvait marcher vers le communisme par la réforme. Mais déjà dans le Manifeste du parti communiste, texte de 1848, donc plutôt de jeunesse, cette direction est perceptible sous certaines conditions.

Lire la suite »

Somme contre les charlatants

Philosophie, Sciences & techniques 1 commentaire »

Elizabeth TeissierUn travail de titan à qui cela ne fait pas peur, concernant les faux-prophètes et autres charlatans. Il s’agirait de réfuter tous les astrologues, sorciers, gourous ainsi que ceux qu’on ne soupçonnerait pas : des politiques, des psychanalystes, etc. On montrera l’importance de la théorie du complot. On utilisera tous les penseurs, depuis la plus lointaine Antiquité, qui ont combattu l’obscurantisme, pour les réfuter : Kant, Popper, etc. On se réclamera volontairement du XVIIIe siècle. On pourra introduire à la manière de Kant avec Swedenborg : que l’on s’est ruiné à acheter les ouvrages de ces auteurs pour finalement les réfuter. On montrera que certains charlatans réfutent d’autres charlatans avec de mauvais arguments, car les bons arguments pourraient les faire tomber eux aussi ; s’ils le font, c’est simplement pour s’assurer leur monopole du charlatanisme : ainsi Gerard Miller qui n’hésite pas à rentrer dans le lard des astrologues mais cela avec des arguments fragiles ; s’il en prenait de robustes, tel que la falsification de Popper, son marxisme et sa psychanalyse tomberaient avec lui.

Lire la suite »

Le criticisme de Karl Popper

Philosophie, Sciences & techniques Pas de commentaire »

Karl PopperOn retrouve dans le contexte historique qui accoucha de Popper quelque chose de similaire à ce qui orienta Kant dans la rédaction de sa Critique de la raison pure. Ainsi, Kant se trouvait face aux empiriques – Hume, Locke – qui étaient sur le point, avec leur scepticisme, de détruire la raison ; mais il se trouvait aussi face aux dogmatiques – Leibniz, Wolff – qui prétendaient quant à eux posséder une certaine science et compréhension de l’univers. De même Popper définit sa philosophie contre le Cercle de Vienne dont il juge les positions trop radicales, mais aussi contre les marxistes et psychanalystes de son temps. La logique de la découverte scientifique peut-elle être vue comme un nouveau criticisme ?

Lire la suite »

Che Guevara

Histoire, Politique Pas de commentaire »

Che GuevaraChe Guevara. Né en 1928 à Buenos Aires, de bonne famille, bourgeois, asthmatique, étudiant en médecine. Pour lui, « la solution des problèmes est derrière le rideau de fer (1957) ». Rencontre Castro en 1955 au Mexique, débarque avec lui à Cuba le 12 décembre 1956. Se fait remarquer par sa dureté : il fusille un de ses gamins guérilleros pour un vol de nourriture. Engage un second front en automne 58 au centre de l’île à Las Villas. Victoire. Devient procureur. Envoie en prison d’anciens compagnons restés démocrates, qu’il fait par la suite fusiller. Nommé ministre de l’Industrie et directeur de la Banque Centrale, il applique le modèle soviétique. Méprise l’argent mais vit dans les beaux quartiers. Ministre de l’économie sans aucune notion d’économie, il ruine la Banque Centrale. Institue les « dimanche de travail volontaire ». Admire l’URSS et la Chine, salut la Révolution culturelle. En 1960, invente le premier camp de travail correctif. Appelle son fils Vladimir en hommage à Lénine. Embrigadement de la jeunesse, culte de l’homme nouveau. « Créer deux, trois, de nombreux Vietnam (67) » ; veut exporter la guérilla à travers le monde. Se brouille avec Castro et part en Bolivie où il tente une énième révolution, en se désolidarisant du Parti Communiste. Échec : aucun soutien des paysans. Isolé et traqué, il est arrêté le 8 octobre 67 et exécuté le lendemain.

Lire la suite »