..

Elizabeth TeissierUn travail de titan à qui cela ne fait pas peur, concernant les faux-prophètes et autres charlatans. Il s’agirait de réfuter tous les astrologues, sorciers, gourous ainsi que ceux qu’on ne soupçonnerait pas : des politiques, des psychanalystes, etc. On montrera l’importance de la théorie du complot. On utilisera tous les penseurs, depuis la plus lointaine Antiquité, qui ont combattu l’obscurantisme, pour les réfuter : Kant, Popper, etc. On se réclamera volontairement du XVIIIe siècle. On pourra introduire à la manière de Kant avec Swedenborg : que l’on s’est ruiné à acheter les ouvrages de ces auteurs pour finalement les réfuter. On montrera que certains charlatans réfutent d’autres charlatans avec de mauvais arguments, car les bons arguments pourraient les faire tomber eux aussi ; s’ils le font, c’est simplement pour s’assurer leur monopole du charlatanisme : ainsi Gerard Miller qui n’hésite pas à rentrer dans le lard des astrologues mais cela avec des arguments fragiles ; s’il en prenait de robustes, tel que la falsification de Popper, son marxisme et sa psychanalyse tomberaient avec lui.

On montrera que ce type de pensée n’est pas propre à un camp. Beaucoup tombent dans la bêtise, ce n’est propre à certains ; on le remarque facilement dès que l’on commence à montrer du doigt un prétendu complot ; signe de l’irréfutabilité de ce que l’on affirme, et donc du peu de valeur que cela a. On commencera à répondre aux critiques que l’on pourrait nous faire : mais que faites-vous du rêve ? Qu’en est-il de ce que vous affirmez, n’est-ce pas aussi du charlatanisme ? etc. On n’hésitera pas à mettre en cause la religion, toutes les religions ; mais en montrant que peut-être, certaines sont plus néfastes que d’autres.

Concernant l’astrologie, on montrera que les énoncés sont de deux types : soit prédictifs, soit prescriptifs ; la discipline prétendant montrer l’avenir, avec les prescriptifs, l’avenir correspondra nécessairement et s’il ne l’est pas, ce sera la faute de celui qui n’a pas bien suivit les prescriptions ; avec les prédictifs, on s’arrange pour être vague et infalsifiable.

On tentera de montrer que certains on voulu réhabiliter ces pratiques comme Feyerabend, ou, dans une certaine mesure, Kant quand il réhabilite la croyance : on montrera alors que s’ils l’ont fait, ce n’est pas pour des raisons épistémologique, mais autres, comme par exemple morales (Kant) ou psychologiques (Freud). On sera d’accord avec cela, et on précisera notre dessein qui n’est pas scientiste, mais critique en ce sens qu’il veut pouvoir tracer des limites entre ce qui est légitime et ce qui ne l’est pas, en démasquant tous les charlatans ; ainsi, on ne pourra plus dire que l’on était pas prévenu. On donnera par exemple un certain nombre de règles à partir desquels reconnaître un charlatan : prétendre connaître l’avenir lorsque ce sont les hommes qui le font, prétendre une connaissance supra-sensible, prétendre avoir découvert quelque chose de définitif, infalsifiable, prétendre avoir découvert un complot, etc. On ne niera pas que toutes ces fausses hypothèses proviennent d’un besoin de l’homme, mais on montrera qu’elles ne sont que ça, qu’il ne faut pas s’y laisser piéger, que ce sont des illusions (dans le même sens que Kant) car là serait l’obscurantisme ; qu’au contraire, les reconnaître pour tel, c’est là être éclairé et accéder à l’âge adulte.