Articles pour le tag: kant

Le pouvoir des algorithmes

Sciences & techniques 4 commentaires »

On se pose désormais la question du pouvoir des algorithmes. Mais qu’est capable vraiment de faire un algorithme ?

Ce qui va suivre est la pensée prise sur le fil, un work in progress digne – n’ayons pas peur des mots – des plus hauts instants spéculatifs husserliens des Logische Untersuchungen. À toi, lecteur, j’ai envie de dire comme Wittgenstein au tout début du Tractatus.
Lire la suite »

La fable et la superstition

Art, Philosophie 4 commentaires »
Texte 2 sur 2 de Les mythes pour les nuls

Expliquer un mythe, c’est risquer d’en faire une fable superstitieuse. Car l’explication déplie, démembre, autopsie ; analyse le récit, disloque les hypothèses et autopsie une explication du monde maintenant morte ; la fable mythique, trop pressée de voiler le monde, serait incapable de l’expliquer.

Voyons pourtant ce que la fable apporte.

Lire la suite »

Que la cohérence n’est pas toujours opportune : Kant Vs Leibniz (PIQSOU n°1)

Philosophie 2 commentaires »

Les PIQSOU 1 : Chères lectrices, chers lecteurs, je vous propose un Morbleu en quatre temps, afin d’égayer votre été d’une activité rédactionnel riche, d’alléger mes gros pâtés de prose, et d’entretenir l’illusion d’un Morbleu pas encore tout à fait moribond (même si nous fîmes récemment, à trois compères, deux photos : l’une de la rédaction de Morbleu, l’autre du lectorat ; je vous laisse deviner la photo où nous étions deux, et celle où il était un). Au quatrième temps, vous saurez pourquoi « PIQSOU ».

Lire la suite »

La force comique du kantisme

Philosophie 2 commentaires »

Kant aussi est CharlieC’est un fait : un grand nombre de textes sur Morbleu ! (au moins les miens), ont recours à Kant, bien souvent dans l’unique but de se foutre de sa gueule. Ce n’est pas programmé. Pas de maxime : tu dois te moquer de Kant dans ton prochain Morbleu !. C’est a posteriori, et non a priori, que je découvre cette corrélation. Mais celle-ci n’est sans doute pas sans fondement.

Lire la suite »

Kant aussi est Charlie

Choses dites, choses vues, Philosophie, Politique 2 commentaires »

Kant aussi est CharliePresque par hasard, je retombe sur ce texte de Kant dans La religion dans les limites de la simple raison. Si je n’avais pris garde au livre que je tenais entre les mains, j’eus presque cru que ce texte avait été, malheureusement, écrit hier. Même : presque aurais-je cru qu’il avait été écrit par Luccio. Mais le fait que je le compris presque du premier coup m’enleva mes doutes : il devait avoir été écrit par Kant lui-même. Cependant, afin de lever toute ambiguïté, je prends le parti de le commenter ci-dessous d’une façon qui déplaira sans doute aux puristes, en mettant mes ajouts entre des crochets bien gras. Lire la suite »

L’ascension du Mont Ventoux

Choses dites, choses vues, Sport studies 6 commentaires »

Mont VentouxAprès avoir hier visité la capitale des Gaules, le Tour de France emprunte aujourd’hui la route conduisant au Mont Ventoux. Près de 220 kilomètres depuis Givors, avant que la route ne s’élève jusqu’aux cieux, à presque 2 000 mètres d’altitude, peu après le « Col des Tempêtes », là où le vent souffle, mais où l’air se fait paradoxalement moins dense.

Lire la suite »

Sébastien Castellion le vertueux

Histoire 7 commentaires »

Stefan Zweig vous présente Sébastien Castellion

La semaine dernière, alors que je m’étais promis d’être actif, j’ai lu des trucs inutiles et vu des amis. Ainsi, j’ai parcouru l’immense Conscience contre violence de Stefan Zweig [1]. Un livre magnifique où l’auteur rappelle tout le mal qu’il y a à dire de Calvin, et l’assassinat [2] genevois de Michel Servet. Avec en prime la révélation du vrai héros de l’affaire : Sébastien Castellion. Lire la suite »

Pourquoi il faut dénoncer les petits enfants juifs aux nazis et les républicains espagnols aux franquistes

Modes d'emploi, Philosophie 25 commentaires »

Dans le crépuscule du XVIIIe siècle, une polémique coupa l’Europe et les philosophes en deux, presque autant que la France l’était durant l’affaire Dreyfus. Dans les froides brumes de la Prusse, à Koenigsberg − désormais Kaliningrad, enclave russe et plaque tournante de la drogue [1] −, Kant écrivait bien des choses dans la Fondation de la métaphysique des mœurs.
Lire la suite »

L’insociable sociabilité des hérissons

Doxographies, Philosophie, Société 5 commentaires »

L’insociable sociabilité des hommes…

Kant, comme tous les grands auteurs, voit des choses que tout le monde devrait voir, mais que tout le monde sait oublier. Kant, comme beaucoup de philosophes allemands, veut résoudre beaucoup de problèmes, et là où certains creuseraient une observation, il la note en passant, car il a autre chose en tête. Par exemple, s’il s’intéresse à la rivalité des hommes au sein de la société, c’est lorsqu’il s’occupe de l’histoire des hommes – plus précisément dans la quatrième proposition de son Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique. Il y pense cet antagonisme comme le moteur du progrès dans les sociétés. En effet, à force d’être rivaux les hommes deviennent plus malins, puis préfèrent s’organiser des règles du jeux ; alors le Droit se développe, ça va mieux dans la Société, etc. Bref, les Lumières. L’attentif Emmanuel, même s’il a autre chose en tête, forge un concept précis et lui donne un nom qui claque : l’insociable sociabilité.
Lire la suite »

Ça n’ira pas mieux demain

Philosophie 4 commentaires »

Une idée assez répandue et assez positiviste au sujet du remède à la corruption de notre monde damné, est qu’il faudrait en premier lieu mettre l’accent sur l’éducation des enfants pour qu’il s’améliore. La société est en effet faite d’hommes, qui hier étaient des enfants. C’est parce que cette jeune pâte fut pétrie par de mauvais boulangers que le monde d’aujourd’hui court à cloche-pied. Les parents d’hier portent la responsabilité de la détresse de notre monde, eux qui ont mal éduqué ceux qui, adultes, sont devenus des tyrans. Il ne tient qu’aux parents d’aujourd’hui de prendre conscience que ce sont leurs enfants qui produiront la société de demain, et il suffit donc pour eux de les éduquer correctement afin que tout aille mieux.

Lire la suite »