..

Saddam Hussein1958, coup d’état et chute de la monarchie. Rapprochement de la RAU (Républiques Arabes Unies)

1963, coup d’état et parti Baas au pouvoir (Abd al-Salem Aref).

1964, république démocratique et socialiste, soutien à la RAU.

1966, Abd ad-Rahman (son frère) lui succède après sa mort (accident d’hélicoptère).

1972, basculement vers le communisme et l’Union Soviétique (traité d’amitié).

1973, opposant à la Paix avec Israël, guérilla kurde ravivée.

1975, déplacement des populations Kurdes après un accord avec l’Iran passé par Saddam Hussein (numéro 2 du régime).

1979, Saddam Hussein succède au général qui impose un pouvoir personnel et népotique. Rupture avec le parti communiste.

1980, annulation de l’accord passé en 1975. Déportation de Chiites et de Kurdes. Le 22 septembre, guerre avec l’Iran.

1987, des villages Kurdes sont décimés aux armes chimiques.

1988, 20 août, signature d’un cessez-le-feu. L’Irak peut reconstruire son outil militaire grâce à des crédits bancaires et à la technologie apportée par l’Europe et les États-Unis.

1990, opposition au Koweit (qui fut l’allié de l’Irak fasse à l’Iran) officiellement à propos du prix du pétrole, officieusement pour des rapports territoriaux. L’Irak investit le Koweit le 2 août et le déclarent 19ème province du pays. Refus de l’Irak de se retirer du Koweit face à l’ONU : coalition conduite par les États-Unis et début de l’embargo.

1991, en avril, acceptation d’un cessez-le-feu imposé par l’ONU. L’Irak continue de chasser les Kurdes et les Chiites.

1992, démantèlement des capacités de destruction massive par l’ONU, mais refus de laisser aux inspecteurs un accès complet aux sites militaires.

1993, les États-Unis lancent des missiles sur l’Irak, en raison d’un éventuel complot contre l’ancien président Bush.

1995, 14 avril, l’embargo s’assouplit et devient « Pétrole contre Nourriture ».

1996, nouveaux conflits dans le Kurdistan irakien.

1997, novembre, expulsion d’experts américains de l’ONU chargés du désarmement, interdiction de l’accès à plusieurs site stratégiques (« sites présidentiels »). Renforcement des appuis militaires des États-Unis dans le Golfe Persique.

1998, février, accord signé entre Saddam Hussein et l’Unscom donnant le libre accès aux inspecteurs.

1999, les États-Unis reconnaissent avoir utilisé l’Unscom pour des fins stratégiques. L’UNESCO dénonce les effets catastrophiques de l’embargo. Vote en décembre de la suspension de l’embargo sous certaines conditions par l’ONU.

2000, refus de l’accord signé par l’ONU

Si guerre il y a, elle devra :

– Libérer le peuple kurde.

– Délivrer le peuple Irakien affamé par l’embargo depuis 1990.

– Instaurer une vraie démocratie laïque.

– Désamorcer la menace que représente Saddam Hussein pour le monde libre, et même non-libre.

L’Irak ne représentant que le 26ème producteur de pétrole au monde, ce ne peut pas être le seul motif des États-Unis pour entrer en guerre puisque eux-même sont les 10ème producteurs et s’autosuffisent à 60%.