..

Emmanuel KantL’esthétique transcendantale constitue un des premiers temps forts de la Critique de la raison pure. En peu de pages, Kant annonce que l’espace et le temps sont des formes a priori de notre sensibilité. Espace et temps existent préalablement à toute intuition d’objet extérieur. Cela signifie que je n’ai pas pu former ces concepts des suites d’expériences empiriques, mais au contraire que la condition de possibilité de toute expérience empirique, et donc de toute connaissance, est subordonnée à l’existence de ces deux concepts dont je suis en possession de manière « innée ». La démonstration de Kant est corsée. On en trouvera ci-dessous les grandes lignes et arguments.

THEORIE TRANSCENDANTALE DES ELEMENTS

PREMIERE PARTIE – L’ESTHETIQUE TRANSCENDANTALE

§ 1.

  • La connaissance se rapporte à des objets par l’intuition

  • Les objets produisent des représentations dans la sensibilité (réceptivité) ; les objets ne sont donnés que par la médiation de la sensibilité

  • L’entendement pense les objets et de lui procèdent des concepts

  • On pense soit de façon directe, soit de façon indirecte, en ce dernier cas on pense par la médiation de certains caractères, c’est-à-dire des intuitions, et par conséquent par la sensibilité

  • Un objet produit une sensation sur la réceptivité ; l’intuition se rapportant à cette objet est empirique et celui-ci est un phénomène

  • La matière du phénomène est ce qui correspond à la sensation ; sa forme est ce qui « peut être ordonné selon certains rapports »

  • La matière est assurément donnée a posteriori ; la forme réside a priori dans l’esprit

  • Les représentations sont pures si l’on y rencontre rien qui appartienne à la sensation ; leur forme pure se trouve a priori et c’est une intuition pure

  • L’esthétique transcendantale est la science de la sensibilité a priori

Première section de l’esthétique transcendantale : De l’espace

§ 2. Exposition métaphysique de ce concept

  • Le sens externe nous représente les objets comme extérieurs à nous dans l‘espace qui ne peut être intuitionné intérieurement ; le sens interne nous permet de nous intuitionner nous-mêmes dans le temps qui ne peut être intuitionné extérieurement

  • L’exposition (exposito) est la représentation claire de ce qui appartient à un concept; elle « est métaphysique quand elle contient ce qui présente le concept comme donné a priori »

  1. « L’espace n’est pas un concept empirique tiré d’expériences externes »

  2. C’est « une représentation nécessaire, a priori, qui intervient à la base de toutes les intuitions externes » sans laquelle « on ne peut jamais construire une représentation » : c’est la condition de possibilité des phénomènes et non une détermination dépendant de ceux-ci

  3. Ce n’est pas un concept discursif : on ne se représente qu’un seul espace ; les espaces en général sont des limitations. Les principes géométriques sont dérivés de l’intuition et sont donc apodictiques

  4. « La représentation originaire de l’espace est une intuition a priori, et non pas un concept » car un concept ne peut être pensé qu’en tant qu’il contient sous lui une foule infinie de représentations et non pas en lui comme c’est le cas avec l’espace

§ 3. Exposition transcendantale du concept de l’espace

  • L’exposition transcendantale est celle « d’un concept comme constituant un principe à partir duquel la possibilité d’autre connaissances synthétiques a priori peut être aperçue » Il est requis 1. qu’effectivement des connaissances de ce genre découlent du concept donné 2. que ces connaissances ne soient possibles que sous la supposition d’un type d’explication donné de ce concept »

Conséquences résultant des concepts précédents

Deuxième section de l’esthétique transcendantale : Du temps

§ 4. Exposition métaphysique du concept du temps

§ 5. Exposition transcendantale du concept du temps

§ 6. Conséquences tirées de ces concepts

§ 7. Explication

§ 8. Remarques générales sur l’esthétique transcendantale

Conclusion de l’esthétique transcendantale