..

Francis FukuyamaFukuyama pense que la démocratie libérale se trouve à la fin de l’histoire. Marx pensait que c’était la société sans classes. Du coup, Lénine, suivant le mot de Popper, « appuyait l’inévitable » afin de précipiter la chute de la société capitaliste. Il suffisait d’aider l’histoire à s’accélérer. De même, Fukuyama trouve que les néoconservateurs font preuve d’historicisme, puisqu’il pense que ceux-ci veulent « appuyer l’inévitable » arrivée de la démocratie.

Mais est-on bien dans la même situation ? Il est vrai que nombre de néoconservateurs sont des marxistes repentis, et peut-être ont-ils conservé quelques vieux réflexes, parmi lesquels, l’historicisme. Il n’empêche qu’il réside peut-être dans l’attitude de Fukuyama quelque chose comme un argument paresseux.

En fait, tout comme le fatalisme, l’historicisme semble avoir deux tête : la face paresseuse et la face courageuse. La courageuse chez Lénine et la paresseuse chez Todd ou Fukuyama. La courageuse vient vous enjoindre à accélérer le mouvement de l’histoire pour arriver plus rapidement à sa fin supposée. La paresseuse vous somme de ne rien faire et d’attendre les bras croisés, car tôt ou tard, ceci arrivera. Dans les deux cas, c’est un travers redoutable.

Lénine : la société sans classes est à la fin de l’histoire ; précipitons la chute du capitalisme.

Les néoconservateurs : la démocratie est à la fin de l’histoire ; aidons-la à s’installer par les armes.

Fukuyama : la démocratie est à la fin de l’histoire ; ne faites rien, contentez-vous de l’attendre sagement.

Paresseux ou courageux, l’historicisme n’en reste pas moins un travers duquel il faut tâcher de se garder pour agir politiquement. Mais est-ce si simple ? Comment agir ici et maintenant sans se représenter sur le plus ou moins long terme l’avenir ? L’action d’aujourd’hui prépare le demain ; j’agis de telle sorte aujourd’hui car je pense que telles seront les conséquences demain de cette action. D’où le constat qu’une théorie de l’histoire plus ou moins élaborée est toujours présupposée pour chaque action. Il n’est donc pas si évident qu’il le semble de se débarrasser de tout pensée historiciste.