..

Alexandre Del ValleI – L’AUTEUR

Alexandre Del Valle est un géopolitologue confirmé et est professeur de géopolitique à l’Ecole de guerre économique. Il est chercheur à l’Institut International d’Etudes Stratégiques (IIES) et à Paris II. Il codirige la revue Géostrategie et collabore à de nombreuses publications, comme Politique International. Son œuvre se limite pour l’instant à trois ouvrages : Islamisme et Etats-Unis : une alliance contre l’Europe parut en 1997, Guerres contre l’Europe parut en 2000 et réactualisé en 2001, et son dernier ouvrage, sans aucun doute le plus controversé, Le totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties, dont nous allons parler ici.

Controversé, car les islamologues se sont souvent limités, à tort ou à raison, à une analyse du phénomène islamiste aux seuls pays du monde arabe. Ce livre est une suite logique des précédents ouvrages de Del Valle, où l’auteur montre comment l’arme islamiste qui fut instrumentalisée par les puissances occidentales contre le bloc soviétique, s’est violemment retournée contre nos démocraties à partir de 1991 qui montre une rupture, année où deux événements eurent lieu quasiment simultanément : l’effondrement de l’URSS et la guerre du Golf. Le plus grand symbole de cette rupture se produisit 10 ans après, le mardi 11 septembre 2001.

Et c’est pourquoi Alexandre Del Valle choisît de publier son livre le 11 septembre 2002, un an après ces tragiques événements. Ce livre dresse l’étendu de la pénétration islamiste en occident, qui est bien plus importante que ce que certaines têtes bien-pensantes veulent nous faire croire. Del Valle ne se limite pas seulement à la seule approche terroriste du totalitarisme islamiste, il va beaucoup plus loin et n’hésite pas à mettre le doigt là où ça fait mal, et montre à quel point nos démocraties, nos libertés, notre égalité en droits, et notre laïcité sont menacées.

Cependant, comme tout livre, il est bon de prendre du recul avec les thèses énoncées. En effet, sans remettre en cause ses talents de géopolitologue qui ne sont plus à démontrer, Alexandre Del Valle a, comme tout le monde, des convictions politiques, et son ouvrage et marqué de sa pensée. Il a choisi, à la même période que la sortie de son livre, de rejoindre l’UMP, et il s’est même présenté à la présidence du mouvement en novembre 2002 sur la liste de Rachid Kaci qui a d’ailleurs préfacé son livre. Rachid Kaci, président de l’association Democratia, association semblable à SosRacisme, mais avec un discours différent, a créé au sein de l’UMP le mouvement nommé la Droite Libre auquel Del Valle appartient. Bien que son nom le laisse penser, la Droite Libre n’est pas des plus libérales, et son discours rappelle plus celui de Charles Pasqua. La Droite Libre a des positions très réactionnaires, très conservatrices, en opposition avec les principes libéraux, et Del Valle qui en est donc un des idéologues, se montre en faveur de la double peine, contre le vote des immigrés et va jusqu’à proposer une loi interdisant les drapeaux étrangers dans les manifestations.

Alexandre Del Valle est ce que l’on appelle un souverainiste, c’est-à-dire qu’il plaide pour une autorité ferme des États et de la République sur leur territoire, et donc d’un dirigisme politique à toute épreuve. Ainsi, il ne faudra pas s’étonner de voir Del Valle énoncer dans son livre des méthodes de résolution des problèmes parfois aux limites fixées par la loi de 1905 définissant notre laïcité française. Par conséquent, Del Valle se prononce fermement contre le modèle communautaire tel que l’on peut le retrouver par exemple en Grande-Bretagne ou, à moindre échelle, aux Etats-Unis d’Amerique.

Comme ses livres, Alexandre Del Valle est un auteur très controversé, notamment dans le monde musulman. Il ne faudra donc pas s’étonner de savoir que Alexandre Del Valle est victime d’une fatwa, que l’on peut assimiler à un amendement de la charia, la loi islamique, autorisant sa mise à mort, ou tout du moins, sa non-interdiction, cette nuance démontrant bien la rhétorique mise en place par les islamistes.

On le comprend, Alexandre Del Valle a une personnalité, et son livre aussi et tous deux laisseront sans nul doute une trace dans l’esprit des islamistes comme dans celui des démocrates.

 

II – LE LIVRE

Comme le laisse présager le titre, cette ouvrage traite du problème confrontant les démocraties et le monde islamiste. C’est pourquoi Del Valle choisit de débuter son analyse en essayant d’analyser les événements du 11 septembre, et surtout les leçons qu’en ont tiré les démocraties, ou tout du moins, qu’elles auraient du tirer. Ainsi, Del Valle montre que si les tours du World Trade Center ont été choisies, c’est parce qu’elles constituaient un vrai symbole de notre civilisation, et que c’est donc bel et bien à une guerre des civilisations, une sorte de nouvelle lutte des classes, que nous assistons. Cet événement a plongé le monde entier entre terreur et fascination, et Del Valle qualifie le 11 septembre comme étant la plus grande opération marketing que le monde islamiste envoya à l’occident et on pourrait résumer la stratégie de Ben Laden par « Parlez de moi, en bien ou en mal, peu importe, pourvu que vous parliez de moi. » La quasi-totalité du monde arabe était heureux, exultait de joie, alors que l’occident se déchirait entre deux sentiments, certains compatissant et trouvant dans cet événement un retour de manivelle justifié. Del Valle trouve dans cette réaction une analogie avec ce que l’on appelle le syndrome de Stockholm, où les otages d’une action terroriste avaient fini par prendre le parti de leurs agresseurs et de justifier leurs actes. La plus grande partie des intellectuels occidentaux crièrent « non à l’amalgame », rappelant que tous les islamistes ne sont pas des terroristes, et que l’occident est très redevable au monde musulman, rappelant l’age d’or de l’Andalousie musulmane, soulignant le fait que les intégristes ou fondamentalistes ne constituent que des cas marginaux. Mais Del Valle quant à lui, n’hésite pas à qualifier l’islamisme non pas d’intégrisme, mais de IIIème totalitarisme : le « totalitarisme vert. » Le IIIème, car il succède au totalitarisme rouge, le communisme, et au brun, le nazisme. On retrouve ici une thèse très chère à Del Valle qui est celle de la convergence des totalitarisme et qui reviendra souvent dans l’analyse de la percée islamiste dans les démocraties. Car comme le montre Del Valle, l’islamisme a tout d’un totalitarisme : il est basé sur une idéologie ne pouvant être remise en cause, se veut universaliste, violant, liberticide, génocidaire. Et l’on ne doit pas se limiter à qualifier d’islamisme les seuls actes terroristes. En effet, pour Del Valle, les revendications communautaires et multiculturalistes constituent une sorte de cheval de Troie pour nos démocraties. Les islamistes profitent ainsi de la laïcité pour faire passer certaines exigences identitaires, parfois anodines, mais en contradiction avec nos principes démocratiques d’égalité. Les démocraties semblent ne pas prendre ceci comme une menace, préférant garder le terme de totalitarisme aux seules organisations militaires se revendiquant comme telles.

Del Valle en vient ensuite dans le deuxième chapitre aux fondements théologiques de l’islamisme. Et toujours dans son style très direct, sans euphémismes, Del Valle va droit au but en montrant du doigt le premier totalitarisme islamiste : Mahomet. L’islam est une religion abrahimique. C’est la troisième et la dernière religion du livre, après le judaïsme et le christianisme. Le Dieu désigné par le Coran, l’Evangile, et la Thora est le même. Le Coran, d’après les hadiths (traditions et légendes qui renferment les secrets de la vie du prophète) fut révélé à Mahomet en l’an 610 après J. C. en mains propres, ce dernier étant illettré. Le Coran est donc un nouveau message de Dieu parfais et infaillible, car il fut révélé à Mahomet et celui-ci ne pas l’écrit. Et ce message est très simple et peut se résumer ainsi : « Il n’y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète. » Cette phrase constitue le premier pilier de l’islam, les piliers étant les fondements canoniques d’une religion. L’islam rappelle donc l’unicité de Dieu, c’est un ultra-monothéisme car les musulmans n’adorent que Dieu. Pour eux, les chrétiens et les juifs, cousins des musulmans, sont parfois qualifiés de polythéistes, car ils ajoutent à Dieu d’autres divinités comme Moïse, Jésus, Marie. Et le Coran est intraitable envers les juifs et chrétiens, polythéistes ou athées : la conversion, ou la mort. On touche ici les fondements génocidaires de ce totalitarisme. Ainsi, il est rappelé dans plusieurs sourates le rôle essentiel que doit constituer le djihad, la guerre Sainte qui doit étendre à terme la religion musulman au monde entier (fondement universaliste), pour tout bon musulman. C’est le djihad qui permettra à la religion musulmane de pouvoir s’étendre, et c’est pourquoi elle fut adoptée comme religion d’Etat par de nombreux royaumes, comme l’Arabie Saoudite, car l’islam formait une alliance parfaite avec l’esprit guerrier de certains esprits belliqueux. L’islam tend à contrôler autant la sphère publique que privée (fondement liberticide), et ses fondements juridiques sont très simples : tout d’abord, on se réfère aux versets du Coran pour juger. Si celui-ci fait défaut, on se réfère aux traditions (les hadiths) du prophète : si Mohamet l’a fait, on peut le faire, sinon on ne peut pas. Et à défaut, si ni les hadiths, ni le Coran ne permet de résoudre le problème, on se fie à sa raison. Comme le remarque Del Valle, on est bien loin de l’esprit des lois de Montesquieu. Cependant, certains théologiens musulman, comme Avicenne ou Averroes, essayèrent dès le début de faire entendre leur vision beaucoup plus modérée car d’inspiration néo-platonicienne et aristotélicienne. Ils pratiquèrent l’Ijtihad, c’est à dire qu’ils essayèrent d’interpréter les textes sacrés, et l’age d’or du monde arabe remonte à cette époque. Malheureusement, en 935, le califat décida de fermer les portes de l’Ijthiad, et 935 marque le début de la radicalisation de l’islamisme pour Del Valle, l’échec qu’ont rencontré tous les réformateurs modernistes après cette date, et le calvaire vécu depuis par tous les musulmans modernistes, libéraux et modérés. Car les premières victimes de ce totalitarisme, ce sont d’abord les musulmans eux-même.

Après avoir rappelé les fondements de l’islamisme, Del Valle tente ensuite d’analyser dans le chapitre 3 la compatibilité de l’ordre islamique et des sociétés ouvertes. Ainsi, comme on l’a vu, la charia est en opposition totale avec notre système juridique, et donc avec la laïcité. Del Valle rappelle ainsi que à l’exception de la Tunisie et de la Turquie, toutes les constitutions des pays arabes proclament l’islam religion d’Etat. Certains de ces États sont même en violation constante avec les droits de l’homme, et des États, comme l’Arabie Saoudite, le Pakistan et le Maroc tendent à les renier, et ont adopté à sa place la Déclaration islamique des droits de l’homme en [terre d’]Islam qui, si on prend la peine de la lire, est en contradiction totale avec les droits de l’homme les plus élémentaires. Dans son analyse, Del Valle rejoint la plupart des islamologues concernant les inégalités prônées par la charia. Tout d’abord entre femmes et hommes, entre non-musulmans et musulmans, et entre esclaves et maîtres. Del Valle énumère ensuite en développant avec précision ces inégalités. Il voit dans le voile islamique un symbole de soumission de la femme. Il dénonce l’inégal accès aux travail, à l’héritage et au témoignage. Concernant l’esclavage, il montre comment le Coran, juste en le citant, est en violation directe avec le 3ème article de la déclaration des droits de l’homme de 1948. Pour Del Valle, l’islamisme est insoluble dans la démocratie, de la même façon que la démocratie est insoluble dans l’islamisme. Et c’est pourquoi Del Valle n’a pas peur de dire que nous assistons à un choc des civilisations. En effet, l’islamisme est universaliste, mais la démocratie aussi, et est à sa façon un totalitarisme car elle ne laisse pas le choix : il faut être démocrate. Cela ne peut donc aboutir, selon Del Valle, qu’a un clash.

Dans le chapitre 4 sous-titré le IIIème totalitarisme, la thèse de le convergence des totalitarismes qui fut annoncée plus tôt est maintenant abordée plus en détails. C’est un thème centrale pour Del Valle, et une grande partie de son analyse du pourquoi d’une telle percée islamiste est basée sur ce phénomène. Del Valle commence par justifier plus en détails son idée que le totalitarisme islamiste en est un. Il utilise ainsi des critères de justification reconnut par tout les politologues. Ainsi, Del Valle insiste beaucoup sur le fait que l’islamisme reconnaît beaucoup de ces critères, si ce n’est tous.

L’indistinction entre les domaines de la politique et de la société civile : ce qui aboutit en islam à la confusion du temporel et du spirituel, où l’Etat est total, absorbant et séculaire.

La mobilisation totale et permanente, la fuite en avant dans l’extrémisme : d’où l’idée de révolution permanente, chère aux marxistes, qui est imposée par le djihad, et qui a abouti à la révolution islamique en Iran en 1979 et à la chute du Chah.

La militarisation non soumise aux normes de l’Etat de droit et la disparition de la distinction guerrier/soldat, ce qui rappelle fortement l’époque nazie des SA et des SS. En effet, le Coran demande au croyants un effort de guerre sur le sentier d’Allah, la récompense étant le paradis d’Allah, ce qui est l’équivalent du Wallalh des nazis néopaïens. Cette indistinction guerrier/soldat explique comment certains terroristes ont pu ainsi s’organiser en dehors de toute structure militaire.

Le rejet de l’individualisme de l’islamisme montre comment ce système est opposé à toute liberté de conscience, d’expression et d’action des individus, puisque seule la oumma (la communauté islamique) compte et prédomine sur la personne, comme dans les systèmes communistes.

La terreur et la peur généralisée qui n’est plus à démontrer, les innombrables mouvances terroristes s’en chargeant, mais également la terreur d’un Etat, comme en Arabie Saoudite, où la menace d’une délation découlant d’un comportement jugé non conventionnel plane continuellement.

La fin justifie les moyens et le mensonge est un devoir. Le fanatisme et le mensonge étant les deux caractéristiques de l’idée absolutiste. Ainsi, la barbarie du terrorisme se trouve justifiée par le Coran, ainsi que le mensonge et c’est pourquoi les discours révisionnistes et négationnistes sont monnaie courante.

L’ideocratie ou le fanatisme idéologique : l’Idée est le fondement même du système, est parfaite et intouchable, et ne peut pas être remise en cause.

Un peu plus loin, Del Valle cite l’écrivain Umberto Eco, qui est aussi un grand spécialiste des religions pour définir encore un peu mieux le totalitarisme islamiste. Ainsi, pour Eco, l’islamisme est un fascisme des origines, qu’il appelle Ur-fascisme. Il le définit en 13 points qui sont : l’affirmation que la vérité a été proférée une fois pour toute (Coran intouchable et fermeture des portes de l’ijthiad), que le traditionalisme implique le rejet du modernisme, l’irrationalisme s’appuie sur le culte de l’action pour l’action, la désapprobation est une trahison (d’où la peine de mort pour les apostats), il découle d’une frustration individuelle, est obsédé par le complot (idée du lobbie juifs planétaire), l’idée que l’on ne lutte pas pour vivre, mais que l’on vit pour lutter, que chaque citoyen appartient au meilleur peuple du monde, que le culte de l’héroïsme est très lié au culte de la mort (martyres), extension de la volonté de domination aux questions sexuelles (machisme, sexisme), que les individus en tant que tel n’ont pas de droits.

Après avoir démontré les fondements totalitaires de l’islamisme ainsi que ses cotés fascisants, Del Valle expose sa thèse de la convergence des totalitarismes. Il commence par montrer en quoi la oumma résonne très bien avec le Lebensraum qui fut défini par la doctrine nationale-socialiste. Ce concept repose sur le fait de l’universalité des peuples, c’est à dire qu’après que le djihad ait fait son œuvre, tout les peuples ne doivent plus en faire qu’un seul : la oumma, la communauté musulmane. Tous les moyens sont utilisés pour cela, y compris le génocide, dont les exemples ne manquent malheureusement pas. Et c’est pourquoi Del Valle n’hésite pas à dire de l’islamisme qu’il est le digne successeur du nazisme. Il rappelle ainsi qu’un grand nombre de puissances arabes ont collaboré à l’Axe pendant la 2ème guerre, que pendant la même période, beaucoup de muftis furent promus commandants de divisions SS, que le financier des terroristes palestiniens et du FLN algérien n’est autre que l’héritier testamentaire d’Hitler, que l’OLP recrute beaucoup de militants parmi les néonazis allemands.

Pour ce qui est des parentés avec le communisme, Del Valle cite Bertrand Russell pour qui l’islamisme et le communisme partagent tous deux le même universalisme, le même messianisme des pauvres. Il rappelle que certains philosophes d’extrême gauche, comme Michel Foucault ou Jean-Paul Sartre ont salué la révolution islamique de Khomeyni en Iran. Cette révolution fut interprété comme une manifestation du grand soir tant attendu par Marx, Engels et ses post-héritiers. L’attentat du 11 septembre fut également vu comme une réponse exceptionnelle à l’impérialisme par l’extrême gauche antisioniste, anti-américaine et tiers-mondiste. Del Valle souligne d’ailleurs le thème central de cette convergence : la judéophobie. En effet, les rouges-bruns-verts s’accordent tous sur ce point : la haine des juifs et tout ce qu’il leur est relatif, comme l’Etat d’Israël. Les discours négationnistes et révisionnistes sur la soah sont presque institutionnels. D’ailleurs, certains verts n’hésitent pas à prôner un retour de la solution finale étendue par contre aux non-musulmans, ou plutôt, non-islamistes. Nous voyons donc que ces trois totalitarismes possèdent tous de tristes points en commun : l’antisémitisme, l’antisionisme, l’anti-américanisme, le tiers-mondisme.

 

Le chapitre 5 se propose de répondre à la pertinente question qui est de savoir d’où provient essentiellement l’islamisme. Alexandre Del Valle va ainsi passer au crible de sa plume exacerbée les grands pôles de ce néototalitarisme. Il débute par l’Égypte, où l’on apprend que c’est dans ce pays qu’est née l’organisation des Frères musulmans en 1928. Fondée par Hassan al-Banna, les Frères musulmans furent la première organisation dite panislamiste, c’est-à-dire à la fois nationaliste et islamiste. Le programme de l’organisation, qui comprend 50 points clefs, est édifiant : les Frères musulmans proposent de contrôler le politique, le juridique, le social, le scientifique et l’économique, mais bien entendu, en appliquant le Coran et les Hadiths à la lettre près. Citons quelques-unes de ces revendications : réformer les lois pour qu’elles se conforment à la législation islamique, fermer les dancings, interdire la danse et tout contact entre hommes et femmes, exercer un contrôle sur le théâtre et le cinéma, effectuer avec rigueur un contrôle sur les chansons avant de les diffuser, réprimer tous ceux qui ne respectent pas les préceptes de l’islam ou ceux qui n’observent pas ses obligations, tels le jeûne du mois de ramadan, la prière. Del Valle fait alors apparaître ici un nouveau néologisme : l’homo islamicus. À en croire ces idéologues, l’homme ne peut et ne doit que s’accomplir par et pour l’islam. Et il est surprenant de remarquer que le petit fils de Hassan al-Banna n’est autre que le très médiatique Tariq Ramadan, d’expression française et théologien musulman très célèbre, idéologue des Frères musulmans en Europe. Les Frères musulmans contrôlent d’ailleurs l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) et l’UOIE (Union des Organisations Islamiques d’Europe). Il est bon de savoir que ces organisations, au détriment d’autres beaucoup plus modérées, sont les interlocuteurs privilégiés de nos démocraties. L’organisation des Frères musulmans constitue un bon exemple pour se rendre compte du double discours islamiste. Ainsi, les Frères musulmans se sont toujours désolidarisés de toutes les mouvances terroristes, tout du moins en apparence. Mais cela n’empêche pas cette organisation de tenir un discours totalitaire.

Del Valle passe ensuite à l’Iran, qui est la capitale du chiisme radical. En effet, la révolution islamique de 1979 qui transforma la république d’Iran moderniste et laïque en un état totalitaire est souvent montrée comme un exemple par toutes les mouvances islamistes, quelles soient chiites ou sunnites. L’ayatollah Khomeyni fut un des leaders du monde islamiste, toujours très écouté, et lors de la sortie du livre de Salman Rushdie, Les versets sataniques en 1989, Khomeyni décréta publiquement aux oreilles du monde une fatwa condamnant à mort l’écrivain. L’Iran est un grand acteur dans l’islamisme, et le rêve secret de Teheran est d’étendre la révolution islamique au monde entier. Ainsi, 1980 voit la création d’un bureau d’aide à la révolution islamique. Les GIA algériens, le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais sont directement en relation avec Teheran qui assure le financement ainsi que la coordination. Cette dernière organisation est certainement la plus puissante car elle est un fruit direct ou plutôt c’est elle qui a donnée lieu à la révolution islamique de 1979. Le Hezbollah est une organisation terroriste internationale et possède des filiations sur toute la planète, bien que le cerveau de l’organisation reste le Liban. Depuis l’automne 2000 qui a signé le début de la seconde Intifada palestinienne, le Hezbollah ainsi que ses commandos suicides ont envahi le proche orient avec les conséquences malheureuses que l’on connaît.

Puis, Alexandre Del Valle vient toucher un élément clef du système islamiste : l’Arabie Saoudite. De part son passé et sa constitution, l’Arabie est un exemple typique du totalitarisme vert dans tout ce qu’il possède de plus détestable. La Charia est appliquée à la lettre, et jusqu’en 1999, dire que la Terre est ronde était puni de mort. Inutile de parler de la condition de la femme, elle est considérée la-bas encore plus bas qu’un animal. L’Arabie Saoudite joue un rôle central, à la fois théologique et financier. Théologique car c’est la bas, à La Mecque, que s’accomplit chaque année le 5ème pilier de l’Islam : le pèlerinage. Financier, car le sol sacré du prophète regorge de pétrole, l’Arabie possèdant en effet les 1er réserves pétrolifères mondiales. Ainsi, l’Arabie possède toutes les cartes en main pour contribuer au djihad planétaire. La religion d’Etat de l’Arabie Saoudite est le wahhabisme. C’est la branche la plus dure, la plus rigoriste, la plus fondamentaliste et intégriste de l’islam sunnite. Mais l’Arabie Saoudite ne peut exister sans elle, car historiquement, c’est grâce à elle que le royaume fut fondé. Ainsi, l’autorité religieuse wahhabiste possède un pouvoir inimaginable. L’Arabie Saoudite maîtrise tous les instruments de propagande et se livre à une véritable wahhabisation du monde musulman, « de l’Afrique au nord de la Chine, en passant par les mosquées de France, d’Italie ou des États-Unis. » L’Arabie Saoudite est le pays natal de Ben Laden. Toutes les organisations islamistes, terroristes ou non, reçoivent un financement saoudien : des GIA, FIS, Hezbollah, Djihad islamique, Hammas, Tabligh, Jamiat, les Freres musulmans, Al-Quaïda jusqu’au financement direct de certains régimes totalitaires, comme celui des Talibans ou du Kosovo.

Après l’Arabie Saoudite, Del Valle en vient au procès du pôle Indo-Pakistanais. Le Pakistant possède l’arme atomique et avant le 11 septembre, fut le grand refuge des Talibans. Et c’est bien cela que reproche Del Valle au Pakistan. En effet, le Pakistan semble tenir un double discours. Même si le Pakistan se défend de protéger toute mouvance islamiste que ce soit, beaucoup de spécialistes soupçonnent Islamabad la bien nommée d’abriter le célébrissime Oussama Ben Laden, le Che Guevarra du monde arabe. Le Pakistan abrite également de nombreux camps d’entraînement au djihad, et la plupart des organisations islamistes, européennes ou non, envoient leurs militants en stages au Pakistan. Le Pakistan contrôle également une organisation : le Tabligh, que Del Valle surnomme les temoins de Jehovah d’Allah. Cette organisation n’est pas dangereuse en apparence, mais n’existe pratiquement qu’en occident. Seulement, elle pratique une sorte d’islamisme rampant, à l’aide d’un prosélytisme dans tous les milieux. Écoles, collèges, lycées, prisons, cités, mosquées : le Tabligh effectue son œuvre, tentant de radicaliser les musulmans modérés ou de convertir ceux qui ne le sont pas encore. Le Tabligh trouve ses cibles dans les populations désoeuvrées. Ainsi, les terroristes Khaled Kelkal, Zacarias Moussaoui ou Djamel Loiseau furent fabriqués de toute pièce par le Tabligh.

Après avoir dressé ce constat alarmant des usines de l’islamisme, Alexandre Del Valle tente d’analyser les rapport entre nos sociétés pluralistes et la géopolitique de l’islamisme. Del Valle se livre une fois de plus à un cours de théologie. Ainsi, on apprend que pour les islamistes, le monde est divisé en deux : la terre d’islam et les demeures de la guerre. Ce dernier terme correspond aux nations non musulmanes. Le Coran ne prévoit pas de paix entre ces deux parties, si ce n’est lors de l’achèvement du projet, c’est-à-dire l’extension de la terre d’islam au monde entier. Il est formellement interdit à un musulman de résider dans les demeures de la guerre. Cependant, en vertu de principe de darura (nécessité), il est autorisé à un musulman de briser les principes sacrés. La charia autorise donc le séjour d’un musulman en terre impie mais à la condition sine qua none que le musulman puisse pratiquer l’islam comme en terre d’islam. Autrement dit, cela signifie l’exportation de la charia. Bien heureusement, la plupart des immigrés de confession musulmane se contentent d’une pratique modérée, souvent compatible avec nos valeurs et principes républicains. Mais certaines revendications identitaires, sous leurs allures modérées, sont dictées par les puissances islamistes citées plus haut, et les musulmans dit modérés deviennent ainsi, souvent à leur insu, des instruments du djihad planétaire.

 

La suite logique de cette argumentation amène ensuite Del Valle a un exposé sur les différentes stratégies de conquête du totalitarisme islamiste. Ces stratégies qu’il énonce ne sont pas à proprement parler des stratégies militaires. Non, Del Valle parle ici de la tendance totalitariste checkiste. En effet, Del Valle divise le totalitarisme islamiste en deux branches : la djihadiste, qui est celle du terrorisme, et la checkiste, qui tend à changer la société ambiante par conciliation. Del Valle commence par nous parler des revendications communautaires, qu’il surnomme la strategie du faible au fort : « afin de réussir la réislamisation ou le maintien dans l’islam orthodoxe des musulmans ayant quitté la maison de l’islam, les grands pôles de l’islamisme escomptent dans un premier temps encadrer et instrumentaliser les communautés musulmanes issues de l’immigration dont on doit empêcher à tout prix l’intégration aux mœurs impies de la maison de la guerre. » Les organisations contrôlée par l’Arabie Saoudite et le Pakistan, ainsi que les Frères musulmans, utilisent leurs réseaux afin de pousser les communautés musulmanes immigrés à demander à l’Etat d’accorder des concessions identitaires. Ainsi, on trouve parmi ces revendications des choses aussi diverses que : l’Etat devrait déclarer férié les fêtes de Fitr et de l’Ahda, les travailleurs musulmans devraient avoir le droit d’interrompre le travail pour leurs prières, l’éducation nationale devraient interdire la mixité des sexes ainsi qu’exclure certains ouvrages offensant l’islam, autoriser le port du voile et dispenser les filles de certains cours, l’Etat devrait aussi inclure des quotas dans l’administration, la juridiction de l’Etat accueillant devrait s’adapter à la charia et ainsi permettre des choses telles que la polygamie, l’Etat devrait également à terme accorder aux communautés des immunités juridiques et territoriales, l’Etat doit également intégrer la spécificité institutionnelle et fiscale de l’islam ainsi que de permettre de créer des partis politiques islamiques. Même si certaines de ces revendications paraissent tout à fait légitimes, et Del Valle le reconnaît, car elle font parti intégrante du droit de pratiquer librement sa religion, il saute aux yeux que d’autres revendications sont à caractère purement totalitaire.

Del Valle montre egalement comment la tendance chekiste emprunte parfaitement la rhétorique utilisée par les mouvances de gauche et d’extrême gauche, qui est la stratégie victimiste. Del Valle surnomme ceci la guerre des représentations, un terme fort, mais qui reflète bien son idée : « le stratagème utilisé consiste à faire naître un sentiment de culpabilité, mais également un véritable climat d’autocensure obtenu aux termes de campagnes d’intimidation et de revendications victimaires. Les islamistes jouent particulièrement sur la figure minoritaire persécutée et brimée a priori par la majorité intolérante. » Les propagandistes de l’islamisme développent l’idée centrale selon laquelle les sociétés européennes, et la République laïque française seraient islamophobes, brimeraient les communautés musulmanes immigrées, développant une sorte de racisme anti-islamique. Les islamistes sont entre autre, relayés par les partis de gauche et d’extrême gauche, idéologiquement prédisposés à relayer une telle stratégie culpabilisante et en quête de nouveaux prolétaires opprimes.

Puis Del Valle introduit une notion énoncée 50 avant lui par le philosophe allemand Leo Strauss : la reductio ad hitlerum. Ce concept est purement rhétorique et peut se résumer ainsi : « qu’Hitler ait partagé une opinion ne suffit pas à la réfuter. » Ainsi, il s’agit de condamner tous ceux qui s’emploient à disqualifier et à démoniser leur interlocuteur en amalgamant de façon malhonnête et abusive les idées qu’ils réfutent. C’est une rhétorique purement sophiste : Hitler aimait les chiens, X aime aussi les chiens, donc X est un disciple d’Hitler. Cette stratégie n’est ni plus ni moins que du terrorisme intellectuel et est employée abondamment par les islamistes. Ainsi, les islamistes n’hésitent pas à amalgamer, comparant ainsi le sort tragique des juifs lors de la seconde guerre mondiale, au leur. Ils accusent l’occident d’une nouvelle Shoah, mais touchant cette fois-ci leur communauté, et justifient souvent leurs accusations par le problème israélo-palestinien. Toujours dans cette stratégie de terrorisme intellectuel, Del Valle introduit ensuite le concept de substitution de mémoire, et montre comment les islamistes tentent de retourner la situation et de culpabiliser « l’homme blanc », coupable du drame de la situation actuelle, car elle correspond aux conséquences direct des siècles de colonisation. L’occident est donc redevable au peuple arabe, et c’est pourquoi il doit céder sur certains points.

Del Valle va ensuite étudier comment les médias sont utilisés et instrumentalisés par les organisations islamistes. Les innombrables affaires du voile montrent comment ces organisations tentent d’instrumentaliser les communautés, et comment des associations tel que SOS Racisme sont elles aussi utilisées à leur insu lorsque celles-ci crient au « racisme » lorsque des établissements scolaires refusent le port du voile à une musulmane, ou lorsque ces même établissements ne proposent pas de repas alternatif sans porc.

Et puis Del Valle ne peut s’empêcher de nous raconter l’affaire Rushdie. La fatwa que Khomeyni a imposé à l’écrivain lors de la sortie des Versets sataniques en 1989, mettant sa tête à prix, à ainsi marqué le début d’une nouvelle censure ou même, d’une pénalisation du blasphème. Lorsque Khomeyni a proposé cette fatwa, il fut applaudi par la totalité du monde musulman. En occident, les associations islamistes ont organisé de multiples manifestations attirant des centaines, même des milliers de participants, parfois même non-musulmans, revendiquant l’interdiction pure et simple du livre. D’après un sondage paru en juillet 1990, on apprend que 42% des musulmans anglais appuyèrent la fatwa appelant à tuer Rushdie, ce qui montre combien la situation est alarmante. Mais cette condamnation de l’ouvrage de Rushdie a également marqué le départ d’une nouvelle ère : ainsi, les organisations islamistes instrumentalisent les parents d’élèves musulmans ainsi que les élèves musulmans eux-mêmes, pour que ceux-ci refusent d’étudier Voltaire ou Dante. Del Valle n’a pas peur de qualifier ceci de nouvelle inquisition.

Del Valle dénonce ensuite la lutte contre l’islamophobie, qu’il qualifie de strategie autoprotectrice des islamistes. Il dénonce aussi les mouvements de gauche et d’extrême gauche qu’il accuse de relayer cette rhétorique. L’islamophobie, rappelle Del Valle, se décline d’après les islamistes en plusieurs modalités : affirmer que l’islam est une culture fondamentalement différente de la civilisation occidentale, dire que l’islam est violent, menaçant, enclin au terrorisme, dire que les musulmans sont manipulateurs, qu’ils utilisent leur foi à des fins politiques ou militaires. Comme le montre Del Valle, il est intéressant de montrer que si le seul fait de dénoncer les formes islamiques d’intolérance est de l’islamophobie, alors cela donne automatiquement crédit aux islamistes de fustiger l’intolérance occidentale, et de se placer en victimes.

Puis, Del Valle attire notre attention sur un sujet souvent présenté comme anodin : la nourriture Hallal. En effet, Del Valle s’empresse de nous rappeler que les seuls réels interdits coraniques concernent en fait uniquement le porc et l’alcool. Ainsi, Del Valle, à la manière d’un sociologue, nous montre comment les mœurs des communautés musulmanes, en particulier des jeunes, ont curieusement évolués durant ces vingts dernières années. Alors qu’avant les revendications se limitaient à la seule non consommation de porc dans les collectivités, on observe maintenant un rejet pour toutes les viandes non-hallal. Cela concerne les restaurants scolaires, mais aussi les fast-food, où l’on constate une recrudescence de la consommation de hamburger au poisson. Del Valle nous apprend également que dans l’agglomération lyonnaise, un inspecteur d’académie a dû supprimer les goûters pour la totalité des enfants des écoles parce que des familles musulmanes travaillées par des islamistes avaient voilement protesté contre le fait que certains biscuits contenaient des graisses animales illicites.

Après avoir dressé ce constat, Del Valle pose la question de la future existence aujourd’hui plus que probable de partis politiques islamistes européens. Del Valle montre ainsi comment beaucoup d’association d’extrême gauche sont infiltrées car celles-ci croient voir dans le radicalisme islamiste un formidable levier de déstabilisation de l’Etat bourgeois, ce qui rejoint la thèse de la convergence des totalitarismes. Del Valle nous cite aussi les antécédents de tentatives, parfois réussies, de création de partis islamiques en occident. Ainsi, on apprend qu’en 1990 le PMF, le Parti des Musulmans de France, formidable relais de la voie des Frères musulmans, a été créé en Alsace. Qu’en Belgique, en novembre 1999 a été créé le parti Nour (la lumière) et qu’en Italie existe le PI, le Parti de l’Islam.

 

Puis viens le chapitre 7, où Del Valle liste un constat accablant de la percée islamiste en occident, que ce soit en Europe ou aux États-Unis. Nous ne rentrerons que très sommairement dans les détails, car cette partie constitue le plus gros chapitre du livre. Détail frappant : on remarque que aucun État n’est réellement épargné. Bien sûr, la pénétration islamiste n’est pas aussi forte dans tous les pays.

Del Valle commence par étudier la géopolitique islamiste du Royaume-Uni où il pointe du doigt le modèle communautariste anglais. On apprend ainsi que la Grande Bretagne constitue le refuge des islamistes du monde entier et qu’il constitue le Fief européen de la mouvance salafiste de Ben Laden. Que c’est également de Londres que l’affaire des Versets Sataniques a été en premier relayée. Que Omar Bakri Mohamed, récemment arrêté, proposait des cours de djihad dans des salles clandestines au cœur même de Londres.

Puis Del Valle oppose le modèle Français, anti-communautaire et intégrateur par excellence. La France avec ses 6000 mosquées et ses cinq millions de musulmans est le premier État musulman de l’Union Européenne, et le second d’occident derrière les États-Unis qui en comprend six millions cinq. On voit alors que l’islam français est totalement contrôlé par l’Arabie Saoudite et le Maroc. La mosquée de Lyon a d’ailleurs été financée à hauteur de 3 200 000 €, et est donc bien entendu d’influence salafiste-wahhabite. On comprend également pourquoi et comment la viande hallal est si importante en France : l’Hexagone est le premier producteur mondiale de viande hallal et cent cinquante mille tonnes sont exportées chaque années vers la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Yémen, le Qatar, l’Égypte et l’Iran. Quand on sait que seules les mosquées sont habilitées à la production de viande hallal, et que celles-ci perçoivent un droit de parfois près d’un euro par kilo de viande vendu, on comprend pourquoi les organisations musulmanes tiennent tant à ce que les communautés musulmanes consomment de la viande hallal. Del Valle dénonce ensuite le travaille de fond des témoins de Jehovah d’Allah : le Tabligh. Cette association effectue un travail considérable sur les populations désoeuvrées, que cela soit dans les banlieues, l’univers carcéral, les mosquées ou les écoles. C’est ainsi que chaque année, des centaines de jeunes français, parfois non issus de l’immigration, sont envoyés en stage au Pakistan, avant d’aller servir la cause islamiste soit lors de leur retour en occident, soit en Palestine.

L’Allemagne quant à elle, de part son modèle fédéral, est selon Del Valle un endroit très favorable au développement de la pratique islamiste. En effet, une loi fondamentale de la constitution allemande impose aux élèves de disposer d’un enseignement religieux obligatoire dans les écoles publiques. Les organisations islamistes se sont engouffrées dans cette faille juridique, imposant ainsi une sorte d’école coranique pour concurrencer l’enseignement religieux déjà existant au sein même de la démocratie allemande. Del Valle nous apprend ensuite que 90% des musulmans allemands sont d’origine turque, et que l’Allemagne a accordé un très grand pouvoir aux associations islamistes turques, souvent très nostalgiques de l’époque du califat, sur le contrôle de l’islam allemand.

Pour ce qui est de l’Italie, on voit que s’est plus en tant que symbole que celle ci est visée par le totalitarisme islamiste. En effet, le Vatican est une cible privilégiée de toute les attaques.

Quatrième de couverture

Un an après les attentas du 11 septembre le bilan de la lutte conte le totalitarisme islamiste est accablant. Malgré le succès de l’opération Liberté immuable et le renversement du régime des Talibans en Afghanistan, la nébuleuse terroriste Al-Qaida est demeurée pratiquement intacte, Oussama Ben Laden reste introuvable et les principaux membres de l’organisation ont réussi à s’enfuir au Pakistan, dans les Balkans, en Indonésie, dans les pays du Golfe, et même en Europe, où ils réorganisent les réseaux et recrutent leurs prédicateurs.

 

Enquête minutieuse à l’appui, Alexandre Del Valle dresse un état des lieux inquiétant de la pénétration islamiste en Europe et aux États-Unis. Dépendants du lobby pétrolier du Golfe, muselés par le politiquement correct et dupés par la rhétorique victimiste et communautariste des organisations islamistes, les dirigeants occidentaux ont échoué dans leur lutte contre le terrorisme. Les fidèles de Ben Laden étendent peu à peu leur emprise, usant de la stratégie subversive propre aux mouvements révolutionnaires. En analysant avec précision les ressorts de ce nouveau totalitarisme, l’auteur lève le tabou majeur de l’islamiquement correct, et démontre à quel point les démocraties sont suicidaires lorsqu’elles accordent la liberté d’expression aux ennemis de la Liberté.

 

Professeur de géopolitique à l’Ecole de guerre économique et collaborateur à de nombreuses publications, Alexandre Del Valle est l’auteur de plusieurs essais traitant des relations internationales et de l’islamisme, dont le très remarqué Guerres conte l’Europe.

 

 

TABLE DES MATIERES

 

Chapitre 1. Les leçons de l’après-Manhattan

  1. Les effets de la terreur islamiste, entre peur et fascination

  2. La plus grande opération de marketing islamiste depuis la révolution iranienne

  3. Du syndrome de Stockolm…

  4. … à « l’islamiquement correct »

  5. Plus qu’un simple intégrisme, le IIIe totalitarisme

  6. Le premier « totalitarisme exotique »

  7. Le biais communautaire et multiculturaliste : cheval de Troie de l’offensive islamo-totalitaire contre les démocraties

 

Chapitre 2. Les fondements théologiques et canoniques du totalitarisme islamiste

  1. Mahomet, prophète éclairé ou référence suprême des islamistes ?

  2. Violence et djihad : expressions du totalitarisme islamique

  3. Le Coran « parfait et intouchable », fondement premier de la loi islamique

  4. Un système juridique théocratique et totalitaire

  5. La fermeture des « portes de l’ijtihad » ou les origines lointaines de l’islamisme

  6. L’échec du réformisme et la victoire des islamistes

  7. Le sort tragique des musulmans libéraux et modernistes

 

Chapitre 3. Ordre islamique et sociétés ouvertes : deux systèmes irréductibles

  1. Les droits de l’homme subordonnés aux « droits d’Allah »

  2. Les trois inégalités fondatrices du totalitarisme islamiste : femmes/hommes, non-musulmans/musulmans, esclaves/maîtres

  3. Le voile islamique : symbole de soumission de la femme

  4. L’inégal accès au travail, à l’héritage et au témoignage

  5. La justification de l’esclavage et des châtiments corporels

  6. L’infériorité des non-musulmans et des mécréants

  7. Le rejet de la liberté de conscience et d’expression

  8. Le refus de la laïcité et de la démocratie libérale

  9. Le choc de deux civilisations universalistes

 

Chapitre 4. Le IIIe totalitarisme

  1. La oumma ou le lebensraum planétaire des islamistes

  2. « L’Ur-fascisme » ou « fascisme vert » : le totalitarisme réactionnaire par excellence

  3. Vert-brun-rouge, similitudes ou convergences totalitaires ?

  4. La judéophobie : thème central de l’islamisme et point de convergence des totalitarismes

  5. De l’inhumanité des non-musulmans à la nouvelle solution finale des insoumis

  6. Le racisme progressiste, tiers-mondiste et exotique du totalitarisme islamiste

 

Chapitre 5. Les grands pôles mondiaux du totalitarisme islamiste

  1. L’organisation des Frères musulmans

  2. Les ramifications des Frères musulmans dans le monde et en Occident

  3. Le pôle chiite-iranien ou le rôle fondateur de la révolution khomeyniste de 1979

  4. Islamisme, services secrets et terrorisme

  5. Le Hezbollah international

  6. La « hezbollahisation » de l’islamisme palestinien

  7. Les connexions paradoxales chiites-sunnites et arabo-iraniennes

  8. L’Arabie Saoudite ou le premier État islamiste

  9. Le lobby islamiste wahhabite mondial

  10. Les « ONG d’Allah »

  11. Salafisme et wahhabisme : références et incarnations suprêmes du totalitarisme islamiste

  12. Le pôle indo-pakistanais

  13. Le Jamiat ou le pendant pakistanais des Frères musulmans

  14. Le Tabligh : les « Témoins de Jéhovah » de l’islamisme

  15. Le Pakistan, parrain de l’école deobandie et du totalitarisme taliban

  16. Le « syndrome indo-pakistanais » ou le refus du pouvoir infidèle, du Cachemire à l’Europe

  17. Les sociétés pluralistes face à la géopolitique totalitaire de l’islam classique

  18. L’exil volontaire des musulmans en « terre infidèle »

 

Chapitre 6. Les stratégies de conquête du totalitarisme islamiste

  1. Les revendications communautaires ou « la stratégie du faible ou fort »

  2. Stratégie victimiste et « guerre des représentations »

  3. Reduction ad hitlerum : cœur de la guerre des représentations

  4. Substitution de mémoire, islamophilie et stratégie communautariste

  5. Scandales médiatiques et stratégies victimistes : les revendications communautaires par les épreuves de forces

  6. Les récurrentes affaires du voile

  7. L’affaire Rushdie

  8. Vers le rétablissement de la censure et de la pénalisation du blasphème ?

  9. La lutte contre l’islamophobie ou la stratégie autoprotectrice des islamistes

  10. De l’interdiction de Voltaire ou de Dante à la nouvelle inquisition verte

  11. Omerta islamique à l’ONU

  12. Droits d’exception communautaires et immunités territoriales, la mutation communautariste

  13. Le financement public des associations islamistes : le détournement de la loi de 1901

  14. L’abattage rituel de la nourriture hallal : la spirale des revendications

  15. Recul de la consommation du porc et introduction progressive de la charia

  16. Polygamie et statut personnel

  17. Vers l’application de la charia au sein des démocraties occidentales ?

  18. Vers des partis politiques islamistes européens ?

 

Chapitre 7. États des lieux de la percée islamiste en Occident

  1. La Grande-Gretagne : avant-garde du totalitarisme islamiste en Europe

  2. Première grande victoire : les revendications en matière d’éducation

  3. De l’affaire des Versets sataniques à l’« intifada » des musulmans anglais

  4. L’institutionnalisation de l’islamisme radical anglais

  5. Londres, terre de refuge des islamistes du monde entier

  6. Le fief européen de la mouvance salafiste d’Oussama Ben Laden

  7. Le Hizb ut-Tahrir ou le « rétablissement du califat mondial »

  8. Des cours de djihad à Londres

  9. L’islam de France : la laïcité face au communautarisme

  10. Le leadership contesté de la mosquée de Paris

  11. Concurrence autour du contrôle lucratif de la viande hallal

  12. L’introuvable « CRIF musulman » de France

  13. Le leadership grandissant des Frères musulmans

  14. Le travail de terrain des « Témoins de Jéovah de l’islam »

  15. « Piétisme » ou djihad ? Le double jeu du Tabligh

  16. La France et l’Europe, bases arrières du terrorisme

  17. De Lionel Dumont à Djamel Loiseau : les « Gaulois d’Allah »

  18. Les prisons, lieux privilégiés du prosélytisme islamiste

  19. L’Allemagne : cadre juridique et administratif particulièrement favorable

  20. La prédominance d’organisations fondamentalistes et islamistes

  21. Allemagne, terre d’asile politique

  22. L’Italie et le Vatican : cœur symbolique et spirituel de « l’Occident croisé » et terrain de conquête privilégié des islamistes

  23. Rome, future capitale de l’islam européen ?

  24. Le projet « d’entente » avec l’Etat italien et le dynamisme inégalé des Frères musulmans

  25. Le rôle majeur des convertis

  26. Le retour du terrorisme en Italie

  27. Les connexions terroristes « rouge-vert »

  28. La Belgique et les Pays-Bas : contexte institutionnel unique et mainmise quasi totale des islamistes

  29. Quand des islamologues et des convertis belges justifient les actions terroristes du GIA

  30. Du communautarisme dévoyé aux bases arrières du GIA

  31. Les Pays-Bas et la politique communautariste des « piliers »

  32. La Suède et le Danemark : terres d’asile et de liberté sans limites

  33. Le rôle institutionnel prééminent de l’Arabie Saoudite

  34. Le rôle mythique et symbolique d’Al-Andalus et les « convertis » islamistes

  35. L’Association pour le retour de l’Andalousie à l’islam ou l’antichristianisme « islamo-gauchiste »

  36. Un État islamiste fermé en plein cœur de l’Andalousie ?

  37. Al-Mourabitoun ou l’islamisme « brun-rouge »

  38. L’Espagne, plaque tournante et point d’entrée des réseaux terroristes en Europe

  39. L’islam balkanique : naissance d’Etats musulmans européens ou abcès de fixation islamo-terroriste ?

  40. Le wahhabisme saoudien et les « ONG d’Allah » au service du djihad

  41. Mobilisation européenne pour le djihad en Bosnie : nouvelle guerre d’Espagne ou d’Afghanistan des années 1990 ?

  42. Le nationalisme « grand-albanais » et l’islamisme international

  43. Albanie, Kosovo, Macédoine : irrédentisme albanophone, mafia albanaise et islamo-terrorisme

  44. La poussée wahhabite dans l’espace ex-soviétique

  45. Islamisme et « national-bolchevisme », ou les connexions rouge-brun-vert en Russie

  46. L’axe Moscou-Washington-Paris-Berlin : le Grand Occident réunifié ou la fin de la guerre froide

  47. Les États-Unis : Grand Satan ou terrain d’action privilégié du prosélytisme islamiste ?

  48. L’islam « africain-américain », de l’hérésie racialiste de la Nation of Islam au retour à l’orthodoxie islamique

  49. Les musulmans des communautés immigrées

  50. Les deux priorités du lobby islamique américain : lutter contre « l’islamophobie » et contrebalancer le « lobby juif »

  51. Les États-Unis, le plus grand bastion de l’islam radical en Occident !

 

Chapitre 8. « L’islamiquement correct » ou le suicide philosophique des démocraties occidentales

  1. De la « crise de la conscience européenne » à la nouvelle trahison des clercs ?

  2. Le mythe de la tolérance de l’islam andalou

  3. Le mythe parallèle de la dette occidentale vis-à-vis de la philosophie arabo-musulmane

  4. Du mythe du « bon sauvage » à l’Oriental raffiné de l’Encyclopédie

  5. Islamologues et islamophiles chrétiens

  6. Le « dialogue islamo-chrétien » en question, du concile Vatican II à Jean-Paul II

  7. Quand l’Église catholique vole au secours de l’islam

  8. Le lieu commun du soufisme comme islam tolérant et œcuménique, et son rôle central dans le processus de conversion à l’islam en Occident

  9. L’influence centrale de la pensée de René Guénon et du soufisme guénonien

  10. L’islam comme solution à la décadence de l’Occident ou le message posthume de Guénon

  11. L’unité des religions, thème central du prosélytisme islamique : du soufisme guénonien à l’islamisme radical

  12. Soufisme, islamisme et néonazisme

 

Chapitre 9. La crise des démocraties ou la nouvelle tentation totalitaire

  1. La vulnérabilité géopolitique

  2. La vulnérabilité intellectuelle et philosophique des démocraties occidentales

  3. Communautarisme et multiculturalisme versus pluralisme démocratique

  4. La nouvelle crise de la conscience européenne et la tentation totalitaire