..

Sigmund Freud Texte court mais au combien riche de Freud sur la religion. On y découvre plusieurs principes essentiels.

La religion permettrait à l’homme de transformer ses névroses individuelles (contractées de sa peur du devenir) en une névrose collective.

La preuve de l’inexistence de Dieu : un monde avec un Père protecteur aux cieux qui dissiperait ainsi les névroses est une chose trop belle pour être vraie.

Il y a également une critique très ferme du principe religieux : ainsi, Freud soutient que si l’on maintenait un enfant loin de toute culture religieuse, celui-ci mettrait sans doute beaucoup de temps avant de former ses premières idées là-dessus. Les dogmes qu’on lui sert à un age où il n’est pas prêt à les aborder n’a que pour but de « retarder le développement sexuel et hâter l’influence religieuse ».

L’éducation religieuse est pour Freud un obstacle au développement psychique de l’homme. Ce qu’il propose à son époque, c’est une éducation « laïque » débarrassée de tout mysticisme qui permettrait selon lui d’assurer son développement à l’enfant, et donc à l’homme.

Sigmund Freud, L’avenir d’une illusion, publié en 1927