Articles de l'auteur

CAPES 2013 : « Le droit à la différence » (15/20)

Agrégation et CAPES de philosophie, Politique 6 commentaires »

Je vous propose une copie notée 15/20 (selon mon bulletin). Anecdote : le jour où j’ai reçue la photocopie que je retranscris, j’ai trouvé écrit dessus « 5 », indiquant un 5/20. Cependant mon souvenir et la consultation du rapport du CAPES me persuadent que la note véritable fut bien 15 ; mais alors que je recopie la longue introduction, je suis saisi d’un doute. M’enfin, au lecteur de voir, et de m’excuser pour mes phrases souvent trop longues (et rendus parfois plus pesantes par l’absence de virgules, peut-être disparues lors du photocopiage).
Comme à l’accoutumée, j’ai un peu trop écrit (et encore, je me rappelle mon 1er brouillon, avec I la loi, II l’infraction, et III le jugement : truc bien trop compliqué). Heureusement que je faisais un cours qui traitait de ça (qui plus est pour l’essentiel emprunté à un collègue). Voici donc la dissertation et ses sacro-saintes trois parties. Notez surtout qu’il n’est pas nécessaire d’employer moulte références pour passer la moyenne, le CAPES, c’est une affaire de clarté.
Bonne lecture à qui ce truc pourrait servir,
Luccio.

Lire la suite »

Que le football se joue avec les pieds

Sport studies 3 commentaires »

Footballeurs

Pourquoi le football est-il le sport le plus populaire de la planète ? Parce qu’il se joue avec les pieds, mieux : parce qu’il requiert une certaine dextérité des pieds, une pexdérité [1]. Or travailler cette dernière plaît aux jeunes enfants, qui prennent plaisir à voir s’épanouir toutes leurs qualités naturelles. Jean-Jacques Lui-Même n’eut pas craint d’ajouter les jeux de ballons aux loisirs d’Emile. En tout cas il eut compris leurs succès dans les cours d’école du monde. Lire la suite »

Est-il légitime de crier quand on vous pète la jambe dans un étau ?

Doxographies, Philosophie 7 commentaires »

Puisque désormais le vendredi tout est permis, voici la petite histoire d’Epictète.

Alors qu’il était esclave, et un jour qu’il avait dû trop parler, il se vit mettre sa jambe dans un étau. Ce qui est bien la preuve que son maître n’était pas trop malin, car certains finirent par payer Epictète pour l’écouter parler, mais surtout parce qu’un bon bâillon eut suffi. M’enfin, il en avait peut-être besoin pour lui lire son courrier. Ainsi Epictète finit boiteux. Voilà, bonne nuit.

Lire la suite »

Quand j’entends le mot bravitude, je sors mon revolver

Histoire, Philosophie 7 commentaires »

Ce 8 mai, alors que je tentais d’écrire un petit Morbleu qui ne verra peut-être pas le jour au lieu de m’adonner à des activités sérieuses, je me suis dis que la note de bas de page que j’envisageais était un peu longue pour être claire, et abordait un sujet trop grave pour n’être qu’une note de bas de page. Il s’agit d’une réflexion qui m’est venue suite à la lecture d’un texte de Hegel. Lire la suite »

Qu’après tout, le plagiaire écrit lui-même ses textes

Art, Choses dites, choses vues 6 commentaires »

Lénine au travail (eh oui)

Je me plais à imaginer le plagiaire en train d’écrire. Recroquevillé sur lui-même, un livre sur ses genoux, ou sur son bureau, calé sur les bonnes pages par un tiroir de bureau ou un clavier d’ordinateur. Voilà notre homme qui ne cesse de faire des aller-retour entre ce qu’il lit et ce qu’il écrit, telle une taupe. Quand il écrit, ce livre fait partie de lui, comme un recueil d’idées au coin de sa tête ; il y pioche à l’envi.

Lire la suite »

Où l’on apprend qu’il ne faut pas renifler son Moi

Art, Choses dites, choses vues 3 commentaires »

Lorsque je lis Romain Gary, parmi mille sensations et morceaux d’intelligence, j’ai l’impression d’un mélange de Nietzsche et de Levinas : méfiance vis-à-vis du Moi, éloge du féminin, etc.
Dans mon panthéon personnel Gary est au sommet. Il a même quelques pouvoirs. Ainsi, il donne du sens aux propos apparemment abscons du philosophe juif [1], ou rend sensible à la profonde gentillesse comme à la réelle générosité qui anime les écrits de Nietzsche — qui, tel que je le lis, n’est pas un méchant mais un gentil, un Gary plus fou, plus métaphysicien. Ces penseurs font partie du même giron, que je ne maîtrise pas encore assez.
Lire la suite »

Looper, ou le présent retour du même

Cinéma 13 commentaires »

Looper, film hollywoodien de XX avec XX et YY, est un bon divertissement, un succès critique et public [0]. Vous me direz c’est normal, il y a Emily Blunt dedans. Je vous encouragerai alors à être un peu moins superficiel. Passons. C’est surtout un film avec du voyage dans le temps, ce qui est toujours agréable car on continue d’y penser en sortant de la projection : « mais comment est-ce qu’il peut faire ceci alors qu’il a fait cela avec son double du futur revenu dans le présent qui pour lui est son passé ? » Pourtant ce n’est pas cet aspect que je vais souligner (devant vos yeux auxquels je conseille d’être ébahis parce qu’ils seraient allés voir le film). Au contraire.

Lire la suite »

Sébastien Castellion le vertueux

Histoire 7 commentaires »

Stefan Zweig vous présente Sébastien Castellion

La semaine dernière, alors que je m’étais promis d’être actif, j’ai lu des trucs inutiles et vu des amis. Ainsi, j’ai parcouru l’immense Conscience contre violence de Stefan Zweig [1]. Un livre magnifique où l’auteur rappelle tout le mal qu’il y a à dire de Calvin, et l’assassinat [2] genevois de Michel Servet. Avec en prime la révélation du vrai héros de l’affaire : Sébastien Castellion. Lire la suite »

Descartes et la fille louche

Doxographies, Modes d'emploi 2 commentaires »

Il y a quelques temps Oscar Gnouros, ce brave Oscar, m’accueillit à la terrasse d’un bistrot et m’informa comment trier ses amis grâce aux précieux conseils d’Aristote. Après avoir commandé un monaco, je le remerciai pour ses propos intelligents. Puis je lui rappelais quelques judicieuses remarques du sieur Descartes.

Lire la suite »

Spinoza et l’araignée

Philosophie 7 commentaires »

Lorsqu’on coupe une fourmi bouledogue en deux, « une lutte s’engage entre la tête et la queue ». Lorsqu’on affame deux araignées puis qu’on les met l’une en présence de l’autre, ces dernières engagent un combat. Quel monde merveilleux que celui des insectes.

Lire la suite »