..

Alors que Wikileaks fait actuellement trembler la géopolitique mondiale par la révélation de documents diplomatiques brûlant tombés sous la main de Julian Assange[1] on ne sait comment, Morbleu ! vous dévoile en exclusivité une conversation tenue entre deux des piliers [2] de sa rédaction qui fut interceptée par ses propres services, et qui fera à coup sûr autant trembler le monde que ce qui fait actuellement suer les ambassades.

Oscar – C’est impressionnant. Il semble qu’aujourd’hui, il faille faire du développement personnel pour faire de l’argent, si l’on en croit ce site. Pour la philosophie, il s’agit là sans doute d’une excellente reconversion. Il faut que je trouve des associés.

Luccio – Moi, je ne fais pas coiffeur. Enfin pour le moment, tant que je m’imagine que ce peut être intéressant et reposant [4] d’être professeur au lycée.

Oscar – Il ne s’agit pas de faire coiffeur. Et tu me déçois sincèrement avec ces histoires de lycée. Je te parle de quelque chose pour faire du pognon, et toi tu restes dans des trucs idéalistes et républicains. L’émancipation, et toutes ces conneries.

Luccio – T’es con. Mais si t’as un projet pour faire du pognon et qui ne soit pas trop chronophage, je peux t’aider.

Oscar – La personne du site précédent dit faire 14 000 EUR par mois avec un blog où il donne apparemment des comptes-rendus de livres de développement personnel. 17000 abonnés au flux RSS, rien que pour cela. Balèze. Morbleu ! ça tourne à à peu près 16 930 lecteurs de moins…

Luccio – Et ben ! Et d’où il sort tous ces revenus ?

Oscar – Apparemment, il a fait fructifier le succès de son blog en créant plus ou moins une société, et il donne un genre de coaching ou de formation auprès des entreprises. « Mon programme de formation Agir&Réussir génère environ 14 000 € de revenus mensuels ! », dit-il crânement. Ça y est : comme dirait Achille Talon après une déconvenue irritante avec Lefuneste, je suis énervé. Aujourd’hui, il faut faire du développement personnel. C’est ça le créneau.

Luccio – Mais c’est peut-être une arnaque. Il te propose sa méthode pour à ton tour arnaquer le chaland !

Oscar – En soi, le développement personnel, c’est déjà une belle arnaque.

Luccio – Ou bien alors, il s’agit vraiment de cela : les gens voient qu’ils gagnent des sous, que c’est une preuve, un peu comme dans Little Miss Sunshine. Et bien tu sais quoi ? Il faut être encore plus spinoziste, et bosser pour Afflelou.

Oscar – Amusant cette blague. [5] Reste que pour être lu, sur Morbleu !, il faudrait écrire des trucs comme ça, comme ce texte sur le sommeil polyphasique. Et ainsi, gagner du pognon. Mon bon Luccio, crois-moi : le truc d’avenir, c’est le coaching, le développement personnel, et toutes ces choses du genre. Je veux dire : le truc d’avenir pour faire du pognon.

Luccio – J’ai compris que c’était l’avenir pour le pognon. Et aussi peut-être pour la secte.

Oscar – Bof, l’accusation de secte, elle est facile hein ! Cependant, l’autre jour dans Zone Interdite, ils parlaient de ces gens en entreprise qui se font payer des formations avec le DIF pour la gestion du stress, dans des trucs un peu occultes comme ça. C’est une véritable niche.

Luccio – Sur le sommeil polyphasique, le mec à 20 ans, il dort pas depuis 2 mois, et il dit que c’est une méthode. C’est puissant !

Oscar – Et oui ! Moi je me suis arrêté de lire ce texte après le titre. Mais ça m’a fait repenser que, depuis quelques temps, je voulais faire un article sur Morbleu ! au sujet du training autogène de Schultz. Je vais peut-être accélérer sa sortie du coup. Et puis aussi parler de Marc-Aurèle. Car Marc-Aurèle, c’est de vraies leçons de vie quand même ! Le mec, il utilise le stoïcisme pour être mieux empereur. Je pense que dans l’entreprise, il doit être vraiment possible de recycler cela ! Enfin, en fait, on peut peut-être pas. Mais avec un peu de rhétorique, on arrive à tout.

Luccio – Moi je trouve fou qu’on soit stoïcien sans parler des chrétiens. [6]

Oscar – Marc-Aurèle les brûle. Mais on s’en fout des chrétiens. L’important mon ami, c’est que les coach en développement personnel, c’est les sophistes d’aujourd’hui ! Alors, soit tu acceptes de devenir Protagoras, et tu fais du pognon ; soit tu fais Socrate au Lycée [7], et tu finis empoisonné. Sauf qu’aujourd’hui, ce n’est plus de la cigüe qu’on te fait boire, mais de l’acide qu’on te jette dessus.

Luccio – Protagoras, il serait prof à la fac, ou alors (ou même en même temps) consultant dans un comité d’éthique… Et il aurait un pote qui serait vraiment un chercheur qui cherche, à qui il dirait : ben si ça t’amuse, continue ! Mais en aucun cas il ne serait coach.

Oscar – En passant, c’est amusant cette petite conversation. Si quelqu’un avait l’idée de reprendre le tout, et de le mettre sur Morbleu !, ça le serait encore plus. Reste que je t’accorde que Protagoras ne ferait peut-être pas coach. Mais Gorgias ou Hippias, par contre, oui !

Luccio – Si cette conversation se retrouve sur Morbleu !, ça fera un peu CGB. Au moins, ça aura le mérite de montrer ton énervement.

Oscar – Au moins, ça fait un article vite fait. Et comme maintenant Morbleu ! se vend au Grand Capital, c’est bien d’un point de vue rentabilité. Vite fait, et surtout – grâce à la qualité des intervenants – bien fait !

Luccio – Et là, ça te fait une bonne conclusion. [8]

Oscar – On coupera peut-être des morceaux quand même.

Luccio – Oui. De toute façon, ça sera court, et l’occasion de développer. En tout cas, c’est triste que le nombre de commentaires sur Morbleu ! ait diminué. Mais quand on aura reparlé d’Onfray, peut-être [9] que ça reviendra. Sinon, on commentera le passage de Onfray et de Nabe chez FOG, ainsi que la médiocrité de Fourest. Il faudra faire du people !

Oscar – Il y a évidemment de nombreux lecteurs de Morbleu !. Mais peu commentent, certainement par peur de passer pour ridicules fasse à des articles si intelligents. Alors qu’en fait, nous sommes encore plus cuistres. [10] Reste que le people, en effet, ça marche bien. Et puis le cul, aussi – à en croire les statistiques.

Luccio – Oui. J’ai vu un truc que tu n’as pas publié, avec un titre du genre : « la chatte des petites filles ». Pas très bien, ça… [11]

Oscar – En tout cas, Morbleu ! parait tout de même mieux marcher que L***. Sacré R*** tout de même. [12]

Luccio – R***, quand il aura un boulot de coach, il s’en foutra que L*** ne fonctionne pas. Mais c’est dommage. Il y a des trucs biens sur L***.

Oscar – Certes oui. Je ne dis pas le contraire.

Luccio – En fait, faudrait lui proposer de l’héberger, et lui refuser un texte sur deux. Pour qu’il se sente inférieur et file du fric. Moi, en tout cas, tu sais que je ne te donnerai jamais rien.

Oscar – Effectivement, ça, c’est aussi un moyen d’être publié. Pardon. De faire du pognon. Et c’est un peu ce qu’il se passe [13], lorsque des gens font des articles sponsorisés – en gros, de la publicité.

Luccio – Pardon ? Moi, je veux bien des sous de Gallimard pour faire la promotion de la bonne traduction de Spinoza.

Oscar – Et bien, par exemple, les blogs de mode ou de nouvelles technologies, quand un produit d’une marque sort, le marketing contacte certains de ces blogueurs [14], et leur tient à peu près ce langage : « ce serait bien – en échange d’une certaine somme – que vous disiez du bien de ce produit sur votre blog, tout en faisant comme si ça venait sincèrement de vous, et qu’on vous avait rien demandé. » Ils n’écrivent évidemment pas l’article : comme ils demandent cela à plusieurs blogs différents, ça ferait nécessairement un peu suspect de retrouver le même texte à l’identique, avec seulement quelques nuances. Je crois qu’avec les produits culturels, comme par exemple peut-être le dernier Marc Lévy, il existe la même chose. C’est ça, le webmarketing. Toujours est-il que je ne me sens pas encore prêt à dire du bien d’un livre de BHL. Quoique.

Luccio – Tout cela est très bien, mais je dois y aller. Je vais essayer de voir un peu ce qu’il y a à lire dans la Poétique de ce bon Aristote.

Oscar – Essaie d’y trouver des trucs applicables au développement personnel.

Luccio – Je m’y emploie.

*

De la guerre en philosophie de Bernard-Henri Lévy est un ouvrage salutaire et courageux. L’auteur, malgré le prestige de sa position, n’a pas craint de se risquer courageusement contre vents et marées dans la réhabilitation de ce philosophe trop méconnu qu’était Jean-Baptiste Botul. Texte issu d’une conférence prononcée devant un public de normaliens qui n’y trouvèrent évidemment rien à y redire tant la démonstration était sans appel, ce livre pionnier relancera à coup sûr les études botuliennes. Après le linguistic turn dû à Wittgenstein qui bouleversa la philosophie occidentale, sans doute assisterons-nous à un botul turn, par la grâce de Bernard-Henri Lévy.

________________________

[1] Devant lequel tout le monde s’extasie béatement.

[2] Voire les deux seuls piliers. [3]

[3] L’un des deux piliers étant tout de même beaucoup plus robuste que l’autre – force est de constater.

[4] Traduit l’anglais « cool ».

[5] À la relecture de cet entretien, Oscar confiait en fait ne l’avoir peut-être pas très bien saisie. Ou alors était-ce parce que Spinoza polissait des verres de lunettes.

[6] Déclarait Luccio tout bonnement, oubliant que Zénon de Citium avait vécu trois siècles avant l’arrivée de notre Seigneur.

[7] Alors que tout le monde sait bien qu’au Lycée, ce n’était pas Socrate qui tenait cours, mais Aristote.

[8] Déclarait Luccio naïevement, croyant que ça allait s’arrêter là.

[9] Oui, peut-être.

[10] Nous sommes mêmes tous des cuistres allemands.

[11] Comprenne qui pourra s’il n’est pas bien d’écrire sur les chattes des petites filles, ou au contraire s’il n’est pas bien de ne pas publier une telle littérature.

[12] Il s’agit d’une sorte de concurrent/collègue/confrère dont nous ne divulguerons pas l’identité. Du moins, pas aujourd’hui.

[13] En fait, non. Ou alors juste un peu.

[14] On les appelle des influençeurs. Oui.