..

Max WeberBertrand Russell (1872 – 1970) avait coutume de rendre compte des atrocités du XXe siècle par le fait que l’humanité avait incomparablement progressé intellectuellement, mais que du point de vue moral, elle n’avait fait que du surplace, voire était retournée à l’âge de pierre. Si l’homme avait été capable d’entrer dans l’ère atomique, il fut incapable de se rendre compte que construire la bombe A pour l’envoyer sur une partie de l’humanité n’était pas acceptable. S’il avait été capable de développer techniques et technologies, il fut incapable de juger immoral de ne pas les utiliser dans des buts d’asservissement.

Karl Popper (1902 – 1994) inversait la proposition. L’homme était trop bon moralement mais pas assez intelligent. Ce qui explique que l’humanité a mordu à l’hameçon tendu par les ténébreuses idéologies du XXe siècle – pour faire vite, fascisme et marxisme -, c’est qu’il était recouvert de morale. Le marxisme prétendait faire la peau au paupérisme ; le fascisme régénérer la société. Comment ne pas y céder ? L’homme, par manque d’intelligence, fut incapable de s’apercevoir des conséquences, de démasquer ces idéologies.

Si l’on reprend la classification de Max Weber (1864 – 1920) et que l’on épure les positions pour obtenir des idéal-types, on pourrait rattacher Bertrand Russell à l’éthique de conviction et Karl Popper à l’éthique de responsabilité.

L’éthique de conviction, c’est s’attacher aux principes, être intransigeant, refuser la compromission. Pour Bertrand Russell, l’humanité, par manquement moral, s’était trop refusée à se remettre en question, à persister à poursuivre un but nihiliste érigé comme un dogme. Les progrès de son intelligence accélérèrent l’avènement eschatologique en disposant des moyens techniques accrus.

L’éthique de responsabilité en revanche, c’est s’attarder sur les conséquences des actes et faire fi des convictions si la situation l’exige. Pour Popper, le manque d’intelligence de l’homme lui rendit tout discernement et clairvoyance impossibles. Il fut incapable de comprendre les répercussions pratiques des doctrines auxquelles il adhérait.

Max Weber concluait que l’éthique du politique se situait entre ces deux. Il lui faut être convaincu et responsable. Il faut se méfier tant de l’idéaliste que du réaliste et préférer le pragmatique, le « machiavélien ». La politique est prudence, juste milieu, centrisme ; non pas un centrisme horizontal entre le défaut et l’excès comme chez Aristote (ou Bayrou), mais un centrisme vertical situé à bonne distance, et de la théorie, et de la pratique.