..

Lorsqu’on coupe une fourmi bouledogue en deux, « une lutte s’engage entre la tête et la queue ». Lorsqu’on affame deux araignées puis qu’on les met l’une en présence de l’autre, ces dernières engagent un combat. Quel monde merveilleux que celui des insectes.

La fourmi bouledogue attriste Schopenhauer. Quelle horrible chose que la volonté dans le monde, nous ne cessons de nous entre-dévorer les uns les autres. La fourmi, animal d’ordinaire si social, en arrive à s’attaquer elle-même. Le spectacle de la nature est le spectacle de la souffrance.

Les araignées ravissaient Spinoza. Quelle charmante chose que de les voir rivaliser de vivacité et d’ingéniosité pour s’attaquer l’une l’autre. Souvent je me suis demandé ce qui pouvait lui plaire dans ce spectacle, jusqu’à ce que j’envisage ce matin une hypothèse. Ces araignées, chose évidente, ne souffrent pas vraiment, n’ont pas de véritable conscience. Et c’est sans doute un spectacle incroyable que de les voir défendre une individualité qu’elles ne sont pas. Ainsi ce n’est plus une vie en mangeant une autre qu’observait Spinoza, mais deux puissances opposées, dont l’une finit par soumettre l’autre. Merveilleux, ces petites choses si précisément articulées. Toute la nature est déterminée, et la puissance s’y exprime en chaque endroit.

Il me semble que ces araignées sont une image de ce qu’est la psychè humaine. Les idées se bousculent à notre esprit, et certaines renversent et annihilent les autres. Un jour vous hésitez entre voter A ou voter B, et le lendemain vous avez voté A (ou B). Si vous avez choisi, c’est que l’idée la plus forte a vaincu la plus faible, vous avez gagné en puissance, en joie : vous voilà joyeux. De même, voir l’araignée la plus forte surpasser l’autre, c’est se représenter la puissance supérieure gagner, et cela peut provoquer de la joie.
Interprétation d’autant plus opportune que Spinoza considère la pensée et l’étendue (l’espace) comme deux attributs (distincts) d’une même substance, deux dimensions du même être. Ainsi, lorsque les araignées se mettent sur la gueule, et qu’un bonhomme les regarde, avec ses yeux, remarquant leurs couleurs et mouvements (ça c’est l’étendue), il y a parallèlement une idée d’une araignée qui défonce l’autre, et ces idées se combinent notamment avec celles qui forment l’esprit particulier du spectateur. Et celui qui prend fait et cause pour l’araignée gagnante est tout aussi joyeux qu’elle.

Cette joie qui consiste dans une augmentation de notre puissance [1] apporte à la vie diverses saveurs. Le moindre bonheur a de la valeur s’il vous procure de la joie (oui, il y a des petits bonheurs, davantage qu’un idéal de bonheur à viser).

A l’inverse, si, dans le monde, vous voyez de la vie qui détruit de la vie, comme Arthur Schopenhauer, il n’y a pas de joie à constater. Il n’y a plus que du malheur, de la souffrance : des individualités ne cessent de disparaître, et n’existent finalement que dans la mesure où elles souffrent. Sortir du cycle de cette souffrance demande un effort immense, un rapport aux idées au-delà du quotidien de l’expérience sensible : il faut les beaux-arts ou la philosophie. Bref, de la grandeur pour éviter le malheur.

Ce matin j’écoutais du Francis Cabrel en profitant des couleurs d’automne, c’était cool. [2] J’en ai même informé des amis, qu’ils assistent à ce combat d’araignées ; et me suis demandé si la joie d’un tel moment n’aurait pas échappé à Schopenhauer.

___________________
[1] Petits extraits du livre III de l’Ethique de Spinoza, « De l’Origine et de la nature des affections » (trad. Ch. Appuhn) :
– « Si quelque chose augmente ou diminue, seconde ou réduit la puissance d’agir de notre corps, l’idée de cette chose augmente ou diminue, seconde ou réduit la puissance de notre âme » (prop. XI)
– « Nous avons donc vu que l’âme est sujette, quand elle est passive, à de grands changements et passe tantôt à une perfection plus grande, tantôt à une moindre ; et ces passions nous expliquent les affections de la joie et de la tristesse. Par joie j’entendrai donc, par la suite, une passion par laquelle elle passe à une perfection plus grande. Par tristesse une passion par laquelle elle passe à une perfection moindre. J’appelle, en outre, l’affection de la joie, rapportée à la fois à l’âme et au corps, chatouillement ou gaieté ; celle de la tristesse, douleur ou mélancolie » (prop. XI, Scolie)
En passant je me demande si, lorsqu’on est joyeux, ce ne serait pas une idée qui est joyeuse en nous (car notre esprit me semble n’être qu’une collection d’idées — n’oublions pas que les idées sont des pensées actives).
[2] Ou plutôt « ça chatouillait », si j’en crois les citations de la note précédente.