..

Benjamin Franklin est surtout connu pour avoir inventé le paratonnerre. Accessoirement, il l’est aussi pour avoir participé de façon active à la naissance des États-Unis, ayant aidé Thomas Jefferson à rédiger la Déclaration d’indépendance, et l’ayant même cosignée. Un poil raillé par Max Weber comme incarnant de façon presque caricaturale le fameux « esprit du capitalisme [1] », ce dernier lui a bien rendu, puisque c’est son portrait qui figure sur les billets américains du montant le plus élevé, ceux de 100 $.

Dans ses 13 célèbres conseils de vertus figurant dans son autobiographie [2], Benjamin Franklin mettait celle du « silence » au deuxième rang : « ne pas parler, sauf de ce qui pourrait être profitable aux autres ou à toi-même ; éviter les conversations sur des trivialités [3] ».

Sans doute était-ce là un héritage de son éducation chez les Quakers, ces derniers considérant la Parole comme un souffle vital et divin [4], dixit l’évangile selon Saint Jean qui débute ainsi : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. [5] Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Du Verbe, il fallait alors se montrer respectueux et économe. Dans les assemblées de Quakers, durant les messes, il ne fallait pas parler, mais au contraire garder impérativement le silence, tel Jean Moulin face à Klaus Barbie. Après plusieurs heures cependant, les lèvres de certains commençaient à vibrer d’impatience (d’où, parait-il, le terme de « quaker », qui signifie « trembler »), et se mettaient à parler : c’était le Saint-Esprit qui descendait enfin sur son troupeau.

Benjamin Franklin ne parlait pas lors des réunions de Quakers, ayant plutôt pour coutume de s’y endormir, Morphée et le Verbe se le disputant. Il ne parlait pas non plus lorsqu’il jouait aux échecs, divertissement qu’il affectionnait au point de lui consacrer un court essai titré « On Morals of Chess », dans lequel il recommandait d’observer le plus parfait silence, aussi bien en tant que spectateur qu’en tant que joueur : ce dernier ne doit pas chanter, ni siffler, ni taper avec ses doigts sur la table ou avec ses pieds, même si son adversaire est long à jouer. [6]

Il est en revanche certain que Benjamin Franklin a beaucoup écrit, sur une foule de sujet. Cet esprit universel était encore très XVIIIe siècle dans ses centres d’intérêt et dans la façon dont il les abordait, c’est-à-dire de façon assez mondaine : on se souvient de ce « dîner électrique » dont s’était ainsi moqué Bachelard. [7] Et en matière de mœurs, Benjamin Franklin professait des opinions tout aussi électriques.

Ainsi, dans une lettre datée du 25 juin 1745 écrite à un certain Cadwallader Colden, Benjamin Franklin exposait dans un style préfigurant la philosophie analytique 8 raisons pour lesquelles, « en amour, il faut préférer les vieilles dames aux jeunes [8] » :

  1. Parce qu’elles en savent davantage sur le monde et que leur esprit a emmagasiné davantage d’observations, leur conversation est plus enrichissante et au final plus agréable.
  2. Parce que lorsque les femmes cessent d’être jolies, elles apprennent bien mieux. Afin de maintenir leur empire sur les hommes, elles suppléent à la diminution de leur beauté en augmentant leur utilité. Elles apprennent à réaliser mille et un petits et grands services, et elles sont les plus tendres et les plus utiles de tous les amis lorsque l’on est malade.
  3. Parce qu’il n’y a plus le danger des enfants, dont la conception illégitime peut provoquer beaucoup de désagréments.
  4. Parce qu’en raison de leur plus grande expérience, elles sont plus prudentes et plus discrètes quant à la liaison, ce qu’empêche la suspicion. Le commerce avec elles est par conséquent plus sûr pour quelqu’un ayant une réputation à tenir. Et en ce qui les concerne, si la liaison s’avérait à être connue, la bienveillance des gens serait plutôt encline à pardonner à une vielle dame prenant gentiment soin d’un jeune homme, lui enseigne les bonnes manières grâce à ses bons conseils, l’empêchant de dilapider sa santé et sa fortune avec des prostituées mercenaires.
  5. Parce que chez tous les animaux qui marchent sur leurs deux pattes, la fatigue des fluides qui emplissent les muscles survient dans un premier temps dans les parties les plus hautes du corps : le visage devient terne et fripé, puis le cou, puis la poitrine et les bras, les parties du bas continuant pour leur part à être rebondies comme jamais. De telle sorte que si l’on couvrait tout le dessus du corps avec un panier, pour tout ce qui est en-dessous de la ceinture, il est impossible entre deux femmes de distinguer la vieille de la jeune. Et comme la nuit, toutes les chattes sont grises, le plaisir de la jouissance corporelle avec une vieille femme est au moins égal, et fréquemment supérieur, toute faculté étant susceptible de s’améliorer grâce à la pratique.
  6. Parce que le péché est moindre. La débauche avec une vierge pourrait causer sa ruine et la rendre malheureuse pour toute sa vie.
  7. Parce que le remord est moindre. Avoir rendu une jeune fille misérable peut provoquer des arrières-pensées amères. Rien de tout cela ne survient du fait d’avoir rendu une vieille dame heureuse.
  8. Elles sont si reconnaissantes !

Soyons juste : Benjamin Franklin ne prodigua ces sages conseils à son ami uniquement parce que celui-ci refusait de se marier. Au final, « la médecine permettant de diminuer les violentes inclinations naturelles », que l’on imagine sexuelles, ne tient qu’en un seul remède : l’union dans le mariage de l’homme et de la femme. Mais en bon ami, Benjamin Franklin lui indique tout de même une porte de sortie au cas où il persisterait dans le célibat, étant loin de lui jeter l’opprobre. Après tout, la terre américaine n’est-elle pas celle des opportunités ?
________________________
[1] Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme [1905], Paris, Plon Pocket, 2007, p. 44sqq.
[2] Il y en a pour soutenir que Rousseau révolutionna la littérature avec ses Confessions, introduisant le genre autobiographique. Les Confessions de Rousseau ne sont ni celles de Saint Augustin, ni les Essais de Montaigne, mais un exercice atypique, où enfin quelqu’un ose « une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi ». Rousseau en commença la rédaction en 1765, mais les Confessions ne furent publiées qu’à partir de 1782. Benjamin Franklin se lança quant à lui dans une entreprise semblable dès 1771, la publication débutant à partir de 1791. L’idée était-elle dans l’air ? Mais ne chipotons pas − surtout pas avec des rousseauistes : nous ne sommes pas de ceux qui cherchent qui de Leibniz ou de Newton a inventé le calcul intégral en premier. Épargnons-leur également le texte « My Own Life » de David Hume, rédigé en 1776, et laissons aux rousseauistes cette consolation d’avoir inventé ce genre célébré par les magazines féminins, encombrant désormais librairies et bibliothèques.
[3] Benjamin Franklin, The Autobiography of Benjamin Franklin [1791], New York, E. Maynard & Co., 1892, p. 81.
[4] Toute ressemblance avec le pneuma des stoïciens n’est pas purement fortuite. Il y eut des Quakers pour oser le rapprochement, et il y en a même pour le faire avec le bouddhisme ou l’hindouisme.
[5] Ce n’est pas Péguy qui a écrit ce texte, mais c’est bel et bien la Bible elle-même qui bégaye un peu.
[6] On ne commença à jouer aux échecs à l’aide de pendules qu’à partir du XIXe siècle, et la pratique ne devint courante qu’à partir du XXe siècle, le temps des échecs s’accélérant en même temps que se développait l’industrialisation. Aujourd’hui, la plupart des parties d’échecs sont jouées en blitz − entre 5 et 10 minutes de temps de réflexion pour chaque joueur − voire en bullet − 1 minute par joueur, et ce pour la partie entière. Du temps de Franklin, on prenait davantage son temps, mais il n’est pas dit que les parties étaient meilleures.
[7] Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique [1937], Paris, Vrin, 2004, p. 39 / 33.
[8] À partir de là, c’est moi qui traduis la lettre.